NOUVELLES

Ukraine : la banque centrale tente de calmer la tempête sur la monnaie

07/02/2014 10:05 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

La banque centrale d'Ukraine a introduit "par précaution" à compter de vendredi des limitations "provisoires" des achats de devises étrangères, pour tenter d'enrayer le plongeon de la monnaie nationale causé par la crise actuelle.

L'institution, affichant sa volonté de calmer les investisseurs et de rétablir la confiance, a également pris une mesure très symbolique en décidant d'aligner le taux de change officiel de cette monnaie, la hryvnia, maintenu très haut, sur les cours du marché interbancaire, qui ont décroché ces dernières semaines.

La devise nationale ukrainienne a connu une baisse marquée mercredi et jeudi, franchissant le seuil de neuf hryvnias pour un dollar sur le marché interbancaire, avant de remonter légèrement vendredi.

Le mouvement a été attribué à la crise politique qui secoue l'Ukraine depuis plus de deux mois, qui tarit les flux d'investissements étrangers et pousse les ménages à convertir leurs économies en devises étrangères. Il a fait craindre une spirale infernale conduisant à une dévaluation incontrôlée.

La décision n°49, adoptée jeudi et entrée en vigueur vendredi, l'a été "dans l'intérêt des déposants", a précisé la banque centrale dans un communiqué. Elle suit d'autres décisions de la Banque nationale d'Ukraine prises ces derniers jours pour "équilibrer la situation sur le marché des devises".

Le texte interdit notamment aux particuliers les transferts à l'étranger dépassant 50.000 hryvnias (4.300 euros), à l'exception du paiement de frais médicaux ou de scolarité. Il proscrit l'achat de devises étrangères destiné à des investissements à l'étranger ou au remboursement anticipé de crédits.

Ces mesures resteront en vigueur jusqu'à une nouvelle décision de la banque.

La mesure "devrait apporter un certain répit à court terme à la hryvnia, mais il est peu probable qu'elle empêche un nouvel affaiblissement dans les mois à venir", ont estimé les analystes de Capital Economics.

Ces experts s'appuient sur l'exemple de l'Egypte qui avait appliqué des contrôles de capitaux en 2012, expliquant que seul l'octroi d'une aide massive par les pays du Golfe avait permis une stabilisation.

Mais dans le cas de l'Ukraine, la Russie a suspendu la semaine dernière le versement des montants prévus dans le cadre du plan de sauvetage financier de 15 milliards de dollars adopté en décembre : elle n'a versé jusqu'à présent que trois milliards de dollars, en attendant la nomination d'un nouveau gouvernement.

Cette annonce a fait renaître les craintes de faillite de cette ex-république soviétique, qui a utilisé une grande partie de ses réserves en devises l'an dernier pour maintenir la hryvnia à un niveau stable malgré la crise économique.

Les restrictions sur les mouvements de capitaux "montrent que les autorités sont manifestement inquiètes", a estimé Neil Shearing, de Capital Economics, interrogé par l'AFP.

Vendredi, la banque centrale a annoncé avoir encore dépensé 1,7 milliard de dollars en janvier pour empêcher la monnaie de sombrer, et que ses réserves de changes ne représentaient au 1er février que 17,8 milliards de dollars, une somme très faible au vu de ses besoins de financement dans les mois à venir.

Les dirigeants de l'institution ont voulu se montrer rassurants face à la chute de la monnaie.

"Nous sommes certains que la demande excessive" de hryvnias "va diminuer prochainement", a assuré le gouverneur, Igor Sorkine, dénonçant la "pression des spéculateurs".

Dans un geste symbolique en direction des investisseurs, la banque centrale a indiqué qu'elle alignerait désormais le taux de change officiel de la hryvnia sur le taux interbancaire, utilisé pour les transactions courantes.

Laisser le cours de la monnaie être déterminé plus librement fait partie des réformes demandées par le Fonds monétaire international et refusées par Kiev pour lui accorder une aide financière.

Dès vendredi, elle a abaissé le taux face au dollar, ce qu'elle n'avait plus fait pendant un an et demi, à 8,70 dollars pour une hryvnia contre 7,99 depuis juillet 2012.

"Nous allons tout faire pour poursuivre sur cette voie", a promis la responsable de la politique monétaire de la banque centrale, Olena Chtcherbakova.

L'Association indépendante des banques ukrainiennes a salué une décision "historique".

via-gmo/lpt/bds

PLUS:hp