NOUVELLES

Syrie: des bus évacuent les premiers civils des quartiers assiégés de Homs

07/02/2014 08:25 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Au moins deux bus ont évacué vendredi les premiers civils qui étaient bloqués depuis plus d'un an et demi dans des quartiers de Homs dans le centre de la Syrie, selon un correspondant de l'AFP sur place et la télévision d'Etat.

Ces civils font partie des quelque 3.000 personnes vivant dans des conditions effroyables dans les quartiers tenus par les rebelles à Homs et assiégés par les troupes du régime depuis plus de 600 jours.

Ils ont été évacués à la faveur d'un accord et d'une trêve entre belligérants sous l'égide de l'ONU.

Le journaliste de l'AFP a vu une dizaine de civils à bord d'un bus entouré de militaires syriens.

La télévision d'Etat a annoncé pour sa part que 35 civils, en majorité des femmes, des enfants et des personnes âgés avaient été évacués à bord de deux bus.

La chaîne a affirmé que ces civils étaient utilisés comme "boucliers humains" par les "groupes terroristes" -les rebelles selon la terminologie du régime-, alors que l'armée assiège depuis la mi-2012 une dizaine de quartiers du Vieux Homs.

Les télévisions sur place ont montré une forte présence militaire près du premier bus, et des soldats empêchant les médias de s'approcher du véhicule.

Des hommes âgés, enveloppés d'une couverture, le visage grave et visiblement dans un état de faiblesse, montaient dans le véhicule, aidés des volontaires du Croissant rouge syrien.

Une femme était allongée sur un brancard à l'intérieur d'une ambulance, tandis qu'un volontaire du Croissant rouge transportait une chaise roulante dans le bus.

Au moins trois femmes plus ou moins âgés regardaient à travers les vitres du deuxième bus, selon les images de télévision.

Des employés du Programme alimentaire mondial (PAM), vêtus d'une veste bleue, étaient également sur place, ainsi qu'un véhicule du Haut Commissariat pour les réfugiés de l'ONU (HCR).

Quelques heures plus tôt, des bus escortés par des ambulances du Croissant rouge syrien étaient entrés dans la vieille ville de Homs pour évacuer les civils.

Une première partie des civils qui le souhaitent seront évacués vendredi, mais ce processus se poursuivra dans les prochains jours, a indiqué le gouverneur de Homs, Talal Barazi.

L'accord porte également sur l'acheminement d'aides pour les gens qui ont choisi de rester à l'intérieur des quartiers assiégés, mais cette opération ne commencera que samedi.

"D'après ce que nous a informés l'ONU, le nombre prévu de gens pour sortir aujourd'hui est près de 200", a dit le gouverneur. "Les enfants de moins de 15 ans, les hommes de plus de 55 ans et les femmes" sont autorisés à partir.

Selon des militants anti-régime à Homs, un cessez-le-feu de quatre jours est entré en vigueur pour permettre cette opération.

str-ram/tp

PLUS:hp