NOUVELLES

Syrie: 83 civils ont été évacués vendredi de Homs (ONU)

07/02/2014 01:08 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Quatre-vingt trois civils ont été évacués vendredi de la vieille ville de Homs, dans le centre de la Syrie, à l'occasion d'une "pause humanitaire de trois jours conclue entre les parties au conflit", a indiqué l'ONU.

"Les gens qui ont pu partir sont des femmes, des enfants et des personnes âgées", a expliqué le porte-parole adjoint de l'ONU, Farhan Haq, ajoutant que l'opération était toujours en cours.

Les évacués ont été "transportés vers des endroits de leur choix, escortés par l'ONU et le Croissant rouge syrien".

Le porte-parole n'était pas en mesure de préciser quand l'aide humanitaire pourrait entrer dans Homs assiégée. "Il y a toujours des discussions" à ce propos, a-t-il dit.

Les civils évacués font partie des quelque 3.000 personnes bloquées depuis juin 2012 dans les quartiers de la vieille ville tenus par les rebelles et assiégés par les troupes du régime de Bachar al-Assad.

Le porte-parole de l'ONU a souligné que l'accord qui a permis l'évacuation avait été conclu entre le régime et l'opposition armée et non par l'ONU. Celle-ci fournit, avec le Croissant rouge syrien, la logistique nécessaire "pour faciliter les départs de civils et l'entrée de nourriture et d'autres fournitures" dans Homs. "L'accord a été conclu entre les parties", a-t-il insisté.

Il a ajouté ne pas être en mesure de confirmer que l'évacuation concernait uniquement les femmes, enfants et vieillards et non les hommes plus jeunes, renvoyant aux deux camps qui ont conclu l'accord. Selon le gouverneur de Homs, Talal Barazi, les femmes, les enfants de moins de 15 ans et les hommes de plus de 55 ans sont autorisés à partir.

"Dans l'ensemble, l'opération s'est déroulée (vendredi) sans problème mais des tirs sporadiques ont été entendus au cours de la journée", a noté Farhan Haq. "Nous allons essayer d'évacuer davantage de civils et d'acheminer davantage d'aide dans les jours à venir".

La patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos estime "que l'opération est une percée, un pas important", a indiqué Farhan Haq. Mais elle déplore que "de nombreux civils, blessés ou malades, soient toujours bloqués dans la vieille ville de Homs".

Mme Amos "continue de demander l'évacuation volontaire et en toute sécurité de tous les civils et un libre accès pour les humanitaires qui aident les personnes victimes de semblables situations dans toute la Syrie".

avz/rap

PLUS:hp