NOUVELLES

Le président du CIO est impatient d'assister au coup d'envoi des Jeux de Sotchi

07/02/2014 09:33 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
International Olympic Committee (IOC) President Thomas Bach listens to a reporter's question during a news conference at the office of the PyeongChang Organizing Committee for the 2018 Winter Olympic Games in Seoul, South Korea, Thursday, Nov. 21, 2013. Bach is on a two-day trip on the last leg of his four-city Asian tour. South Korea's eastern city PyeongChang is the host city for the 2018 Winter Olympics. (AP Photo/Lee Jin-man)

SOTCHI, Russie - Le soleil brille. Les athlètes sont prêts. Que le spectacle commence!

C'était le message du président du CIO, Thomas Bach, vendredi, impatient d'assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi et ainsi de tourner la page sur les inquiétudes au sujet des vastes mesures de sécurité et des droits des homosexuels qui ont retenu presque toute l'attention jusqu'ici.

«D'après ce que j'ai entendu, nous allons avoir droit à tout un spectacle, a-t-il mentionné. J'aurais peut-être la chair de poule toute la soirée.»

Bach, qui préside ses premiers Jeux olympiques après avoir été élu à la tête du CIO en septembre, a souligné que le monde va maintenant tourner son attention vers le spectacle des jeux et les performances des athlètes.

«Il est temps que ça commence, a-t-il dit. Les jeux sont prêts à prendre leur envol. Tout a été préparé. Les athlètes attendent ce moment depuis longtemps. Ils veulent voir la flamme olympique allumée au-dessus du stade et ils veulent que les compétitions démarrent.»

Et, qui plus est, la météo y met du sien.

«Le soleil brille sur Sotchi et sur les athlètes», a lancé Bach.

Il s'est adressé aux journalistes en conférence de presse à l'issue d'une session de trois jours du CIO, au cours de laquelle les préparatifs pour Sotchi ont été abordés ainsi qu'un débat d'idées sur les changements à venir au sein de l'institution.

Bach et son entourage ont tenu leur première réunion quotidienne de la commission de coordination, vendredi, avec les organisateurs de Sotchi pour examiner le déroulement des jeux. Entre autres choses, les organisateurs se sont empressées de résoudre les problèmes avec des hôtels qui ne sont pas prêts.

«Tout se passe plutôt bien, a soutenu Bach aux délégués. Comme toujours lors des premiers jours des jeux, il y a un petit hic ici ou là, mais rien de vraiment important jusqu'ici. Nous pouvons entrevoir cette soirée avec anticipation et excitation et j'espère que nous allons avoir une cérémonie d'ouverture idéale pour des grands Jeux olympiques.»

La Russie a mis en place de grands moyens pour assurer la sécurité des jeux, déployant des dizaines de milliers de policiers et militaires, ainsi que des navires de guerre, des drones et des batteries anti-missiles.

Les jeux font l'objet de menaces d'attaques par des insurgés islamistes du Caucase du Nord. Deux attentats suicides à Volgograd à la fin décembre ont fait 34 victimes.

Questionné sur le fait que ce sont les premiers Jeux olympiques à faire face à une menace directe, Bach s'est mit à rire.

«Je suis vraiment désolé, mais vous (ne pouvez pas oublier) combien de menaces il y a eues sur chacun des Jeux olympiques auparavant, a-t-il dit. Nous avons eu des menaces à Sydney, nous avons eu des menaces à Athènes. Peut-être vous souvenez-vous de la situation à Salt Lake City. Il y en a eu tellement qu'on ne peut pas dire que ces jeux sont différents.»

Bach a rappelé les mesures de sécurité serrées qu'il a vécues en tant qu'athlète aux Jeux de 1976 à Montréal, quatre ans après l'attaque de Palestiniens armés qui a fait 11 morts parmi des athlètes et entraîneurs israéliens. Bach a remporté une médaille d'or en escrime pour l'Allemagne de l'Ouest, à Montréal.

«La sécurité était beaucoup plus omniprésente et contraignante qu'ici actuellement. Si vous parlez avec les athlètes au village olympique, ils se sentent tous très à l'aise. Je suis absolument certain que cette atmosphère olympique se répercutera du village olympique jusqu'au public et aux jeux.»

Les Jeux de Sotchi ont été précédés d'un tollé international contre la loi russe interdisant toute «propagande» homosexuelle parmi les mineurs. Bach a rappelé que la Russie ferait appliquer la Charte olympique, qui interdit toute forme de discrimination.

Il a répété que les athlètes peuvent s'exprimer librement sur les questions politiques lors des conférences de presse, mais ne sont pas autorisés à faire des déclarations politiques ou des gestes sur le podium ou sur les sites olympiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le J.O de Sotchi en chiffres
Les installations majeures des Jeux olympiques de Sotchi