NOUVELLES

Les violentes manifestations contre le gouvernement se propagent en Bosnie

07/02/2014 10:06 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

TUZLA, Bosnie-Herzégovine - Des manifestants bosniens ont attaqué et incendié des bureaux gouvernementaux dans trois villes de Bosnie-Herzégovine, vendredi, pour exprimer leur colère face au chômage, à la corruption et à une élite politique grassement payée qui semble détachée des besoins du peuple.

Au moins 90 personnes ont été blessées.

Les manifestations antigouvernementales qui ont éclaté plus tôt cette semaine à Tuzla, dans le nord du pays, se sont propagées au reste de la Bosnie-Herzégovine vendredi. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues d'une dizaine de villes pour décrier un taux de chômage qui atteint les 40 pour cent.

À Tuzla, la foule en colère a incendié le siège local du gouvernement après l'avoir saccagé. Des bureaux gouvernementaux ont aussi été incendiés à Sarajevo et Zenico, de même que le siège de la présidence bosnienne. Ces incendies ont été rapidement éteints, mais presque toutes les fenêtres ont été fracassées.

Au moins 80 personnes ont été blessées à Sarajevo et 10 à Zenica, selon les responsables. On ne disposait d'aucun bilan pour Tuzla, où les pires violences se sont produites.

Fait sans précédent, des centaines de personnes se sont rassemblées à Banja Luka, capitale de la République serbe de Bosnie, pour exprimer leur appui aux manifestants d'ailleurs au pays.

La réaction en chaîne s'est enclenchée quand 130 personnes ont été blessées lors d'affrontements entre les militants et les forces de l'ordre, plus tôt cette semaine. La plupart des victimes ont été blessées par des gaz lacrymogènes.

Les manifestations de Tuzla ont été provoquées par les travailleurs impayés de quatre anciennes entreprises publiques qui ont été privatisées avant de déclarer faillite, envoyant au chômage presque toute la population de la ville.

PLUS:pc