NOUVELLES

GB/inondations: évacuations et grogne dans l'ouest de l'Angleterre

07/02/2014 06:46 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Les inondations exceptionnelles frappant le sud-ouest de l'Angleterre ont conduit à l'évacuation de dizaines d'habitants dans des villages du Somerset, où David Cameron est parti évaluer les dégâts vendredi avant de nouvelles précipitations attendues pour ce week-end.

Le Premier ministre s'est rendu dans cette plaine marécageuse de l'ouest, submergée depuis plus d'un mois en raison d'un record pluviométrique, pour constater de ses propres yeux les dégâts.

"On fera tout ce qu'on pourra, on a l'argent pour aider le Somerset à se remettre sur pied, l'armée est en stand-by... mais ça prendra du temps, nous affrontons des conditions météorologiques extraordinaires", a souligné le chef du gouvernement en arrivant sur place.

Dans le village de Moorland, où les digues construites pour lutter contre la montée des eaux ne suffisent plus à les contenir, quelque 140 foyers étaient évacués à bord de véhicules des Royal Marines, selon l'armée.

Les militaires ont passé la soirée de jeudi à installer des sacs de sable dans le village voisin d'Athelney.

Les habitants des localités de Northmoor, Fordgate et Saltmoor avaient aussi la veille reçu la consigne d'évacuer.

Sur l'ensemble du pays, près de 5.000 propriétés au total ont été affectées par les inondations.

Et aucune amélioration ne se profile dans l'immédiat, puisque l'agence météorologique Met Office a émis des alertes aux fortes pluies et vents violents jusqu'à samedi soir.

David Cameron devait également rencontrer des habitants alors que la grogne continue à monter sur la gestion des intempéries par les autorités.

Il avait été précédé vendredi matin par le président de l'Agence de l'Environnement, Lord Chris Smith, au coeur des critiques et attendu de pied ferme par les habitants de la région, excédés pour certains.

"Il devrait démissionner. Ce petit con n'a jamais daigné me prendre au téléphone. Lorsque je le trouverai, il entendra parler du pays. Il n'a dit à personne où il allait, c'est un lâche", a fulminé le député conservateur local Ian Liddell-Grainger en amont de la visite.

Mais les équipes de télévision ont vite fait de retrouver la trace de Chris Smith embarqué dans un 4x4 sillonnant la région inondée.

"Je ne démissionnerai pas", leur a fait savoir le Lord qui avait suscité la controverse il y a quelques jours en affirmant dans une interview qu'il fallait choisir de protéger soit les villes, soit la campagne, car défendre les deux était trop onéreux.

Malgré la visite -tardive- des autorités, les habitants ne décoléraient pas à l'image de Julian Taylor, un élu local habitant à Fordgate qui a dû quitter sa maison mercredi pour être relogé dans un logement de vacances.

"On ne nous tient pas informés", se plaint-il, dénonçant la "mauvaise coordination entre la police et l'Agence de l'Environnement".

"On récolte les résultats de près de 50 ans de mauvaise gestion et de politiques à court terme", a-t-il jugé, expliquant avoir des amis agriculteurs "poussés au bord du désastre".

Jan MacEacharn, une habitante de Moorland, a quant à elle refusé d'évacuer sa maison, assurant sur la BBC qu'elle ne pouvait pas laisser derrière elle son cheval, ses chats et son chien.

Les habitants sont aussi réticents à quitter leurs habitations en raison des vols. Trois hommes ont ainsi été arrêtés vendredi matin par la police à la suite du vol de fioul domestique dans une ferme de Moorland.

alm-jk/mc/bir

PLUS:hp