NOUVELLES

Crise ukrainienne: Ianoukovitch à Sotchi pour rencontrer Poutine

07/02/2014 06:33 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Le président ukrainien devrait rencontrer vendredi à Sotchi son homologue russe Vladimir Poutine sur fond de crise politique sans précédent et de nouvelles tensions entre Washington et Moscou.

Cette visite intervient au lendemain d'un scandale diplomatique, après une fuite concernant des propos acerbes d'une haute responsable américaine sur l'Europe et la crise ukrainienne, fuite délibéramment organisée par Moscou selon les autorités américaines.

La rencontre entre les deux chefs de l'Etat à Sotchi, sur les bords de la mer Noire où s'ouvrent vendredi en grande pompe les jeux Olympiques d'hiver, sera la première depuis le début de la contestation, parfois violente qui a fait quatre morts et plus de 500 blessés en Ukraine.

Dans la crise ukrainienne, la Russie s'oppose à l'Union européenne et aux Etats-Unis, qu'elle accuse d'encourager la contestation.

Un haut responsable américain, la secrétaire d'Etat adjointe Victoria Nuland, qui a rencontré jeudi à Kiev le pouvoir et l'opposition, a dû s'excuser dans la soirée après l'apparition sur les réseaux sociaux de l'enregistrement d'une conversation téléphonique où on l'entend dire "Que l'UE aille se faire foutre".

Washington a accusé presque ouvertement le gouvernement russe d'être à l'origine de la publication de cet enregistrement, dont l'origine est pour l'instant inconnue.

Vendredi, Mme Nuland s'est refusée à tout commentaire en évoquant "une conversation diplomatique privée" enregistrée de façon "impressionnante", lors d'une conférence de presse à Kiev.

L'Union européenne a elle aussi refusé de commenter ce sujet délicat.

"Nous ne commentons pas les fuites de conversations téléphoniques supposées", a indiqué la porte-parole de la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton.

Mme Ashton a effectué cette semaine une visite de deux jours en Ukraine avant l'arrivée de Victoria Nuland.

"Méthodes russes"

Mme Nuland, dont la voix est très clairement identifiable sur cette bande-son mise en ligne sur YouTube, s'entretient apparemment avec l'ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt, de la manière de régler la situation politique dans ce pays.

La conversation, qui semble avoir été enregistrée à l'insu des protagonistes, a été diffusée sur YouTube avant d'être très largement relayée sur Twitter.

La porte-parole du département d'Etat Jennifer a estimé que les méthodes de la Russie étaient "tombées bien bas".

De son côté, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a jugé que le fait que la conversation ait été "diffusée sur Twitter par le gouvernement russe est significatif du rôle de la Russie".

Signe de l'irritation persistante entre Moscou et Washington, un conseiller du Kremlin Sergueï Glaziev a accusé jeudi les Etats-Unis de financer "l'opposition ukrainienne et les rebelles" en dépensant "20 millions de dollars par semaine".

Mme Nuland, actuellement en visite à Kiev, est particulièrement impliquée depuis des semaines dans la recherche de solutions à la crise entre le régime et l'opposition. Elle s'était rendue fin décembre aux côtés des manifestants pro-européens à Kiev.

Dans l'enregistrement mis en ligne, les deux diplomates américains parlent de la meilleure stratégie possible en Ukraine pour tenter de mettre fin aux troubles politiques et du rôle respectif de l'Union européenne et des Nations unies.

Mme Nuland cite le nom du diplomate de l'ONU Robert Serry, nommé il y a quelques jours représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l'Ukraine.

"Ce type de l'ONU, Robert Serry, ce serait super pour aider à recoller les choses, que l'ONU s'y mette aussi et puis tu sais, que l'UE aille se faire foutre", lance Mme Nuland.

"Il faut que l'on fasse quelque chose pour recoller tout ça ensemble parce que tu peux être sûre que quand ça va commencer à décoller, les Russes vont oeuvrer en coulisses pour essayer de le torpiller", lui répond la personne qui semble être l'ambassadeur Pyatt.

Moscou a accordé en décembre à l'Ukraine, au bord de la cessation de paiement, des crédits de 15 milliards de dollars et un rabais sur le prix du gaz, pour la dissuader de signer un accord d'association avec l'Union européenne, mais a laissé entendre que cette aide pourrait dépendre de la couleur du futur gouvernement ukrainien.

Aucun candidat au poste du Premier ministre n'a été pour l'instant désigné par le président Viktor Ianoukovitch après la démission la semaine dernière du gouvernement de Mykola Azarov.

Après une baisse marquée de la monnaie nationale ukrainienne, la hryvnia, la banque centrale a introduit vendredi des limitations "temporaires" d'achat de monnaies étrangères sur le marché interbancaire.

Le Fonds monétaire international, qui a conditionné son aide à l'Ukraine à des réformes douloureuses, a indiqué jeudi que les autorités ukrainiennes n'avaient "pas exprimé leur intérêt pour la reprise de pourparlers ces derniers temps".

neo/nm/ros

PLUS:hp