NOUVELLES

Attaque d'une centrale électrique en Californie: la piste terroriste évoquée

07/02/2014 08:48 EST | Actualisé 07/02/2014 08:48 EST
PA
Police tape at the scene of a shooting where a man was shot dead during a police operation involving armed officers in Warrington, Cheshire.

LOS ANGELES - Un ancien régulateur à l'énergie a sonné l'alarme cette semaine en affirmant que l'attaque d'une centrale électrique dans la Silicon Valley l'année dernière était de nature terroriste, et qu'elle pourrait bien être la répétition d'une attaque plus importante.

La police fédérale a expliqué qu'elle n'excluait aucune hypothèse mais que la fusillade en avril dernier, survenue dans une centrale électrique près de San Jose, en Californie, paraissait davantage de nature criminelle que terroriste.

Des hommes armés de semi-automatiques avaient endommagé 17 transformateurs au petit matin du 16 avril. Le propriétaire de la centrale, Pacific Gas & Electric Co. avait minimisé à l'époque l'incident, parlant d'acte de vandalisme.

Mas l'ancien président de la commission fédérale chargée de la régulation énergétique, Jon Wellinghoff , en fonction au moment des faits, a affirmé cette semaine que les attaquants étaient bien préparés et avaient tenté de créer d'importants dégâts.

"Cet incident a démontré qu'il y avait des gens capables d'une telle attaque", a-t-il affirmé dans l'édition de jeudi du Wall Street Journal.

"Si une attaque comme celle-là était menée de manière coordonnée sur plusieurs installations, il ne serait pas bien difficile de paralyser tout l'ouest des Etats-Unis", a-t-il mis en garde.

Un porte-parole du FBI a minimisé l'hypothèse de la piste terroriste. "Je ne peux pas vous dire à 100% qu'il ne s'agit pas de terrorisme", a expliqué à l'AFP Peter D. Lee, des bureaux du FBI à San Francisco. "Il y a certains éléments que nous prenons en considération pour déterminer s'il s'agit d'une piste criminelle ou d'atteinte à la sécurité nationale, mais nous traitons ce cas comme un acte simplement criminel".

Interrogé sur la possibilité que le FBI écarte cette hypothèse, il a répondu: "Nous ne pouvons jamais faire cela (...). Nous n'écartons jamais rien. Mais pour l'heure, nous ne pensons pas qu'il s'agisse de terrorisme".

L'incident avait poussé l'entreprise à prendre des mesures d'urgence pour éviter que toute la Silicon Valley soit plongée dans le noir.

Un porte-parole de Pacific Gas & Electric Co., Brian Swanson, sollicité par l'AFP, a affirmé vendredi que son entreprise "ne spéculerait pas sur les causes possibles (de l'incident) tant que le FBI n'aura pas terminé son enquête".

"C'est un incident que nous prenons très au sérieux. Nous travaillons intensément pour améliorer la sécurité dans notre système", a-t-il ajouté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Principaux attentats attribués à Al-Qaïda