NOUVELLES

Affaire Nuland: la Russie dit n'avoir rien à voir avec la diffusion de l'appel

07/02/2014 06:07 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

MOSCOU - Un collaborateur du premier ministre russe a affirmé, vendredi, que son gouvernement et lui n'avaient rien à voir avec la diffusion sur le Web d'une vidéo contenant l'enregistrement d'une conversation téléphonique privée entre deux diplomates américains.

Dimitri Loskutov a raconté qu'il naviguait, jeudi, sur le site d'un réseau social lorsqu'il est tombé sur la vidéo, dans laquelle la plus haute diplomate des États-Unis en Europe, Victoria Nuland, fait des commentaires désobligeants au sujet de l'Union européenne.

En entrevue téléphonique avec l'Associated Press, M. Loskutov, qui travaille pour le premier ministre Dimitri Rogozin, a déclaré que sa décision de publier un lien vers la vidéo n'avait pas été influencée par sa position au sein du gouvernement russe.

Jeudi, le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, avait soutenu que le message de Dimitri Loskutov à propos de la vidéo laissait entendre que Moscou était mêlée à l'affaire.

M. Loskutov a publié un lien sur Twitter vendredi qui, selon lui, prouve qu'un autre usager anonyme a mis la vidéo en ligne mercredi, soit un jour avant qu'il en fasse lui-même mention.

L'Associated Press a vérifié ce renseignement, mais n'a pas été en mesure d'identifier l'usager évoqué par le collaborateur de M. Rogozin.

Dans la vidéo, une femme et un homme dont les voix ressemblent à celles de Mme Nuland et de l'ambassadeur des États-Unis en Ukraine discutent des efforts internationaux pour résoudre la crise ukrainienne. À un certain moment, la femme laisse entendre que la position de l'Union européenne ne devrait pas être prise en considération, disant «Que l'UE aille se faire foutre!»

Victoria Nuland a joué un rôle actif pour mettre fin au conflit en Ukraine, où des manifestants anti-gouvernementaux campent depuis trois mois dans le centre-ville de Kiev afin de dénoncer la décision du président Viktor Ianoukovitch de ne pas signer un accord avec l'Union européenne pour mieux se rapprocher de la Russie.

PLUS:pc