NOUVELLES

Un appel entre deux diplomates américains sur l'Ukraine sème la controverse

06/02/2014 06:31 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - Des représentants du gouvernement américain ont déclaré, jeudi, qu'ils soupçonnaient la Russie d'être derrière la diffusion de ce qui semble être une conversation téléphonique privée dans laquelle deux diplomates des États-Unis font des commentaires désobligeants sur l'Union européenne.

Selon les représentants, l'un des collaborateurs du vice-premier ministre russe, Dimitri Rogozin, comptent parmi les premières personnes à avoir mentionné sur Twitter l'existence d'une vidéo disponible sur YouTube contenant l'enregistrement d'un présumé appel entre la plus importante diplomate américaine en Europe, Victoria Nuland, et l'ambassadeur des États-Unis en Ukraine, Geoffrey Pratt. La vidéo, qui montre des photos de Mme Nuland et M. Pratt, est sous-titrée en russe.

Dans l'enregistrement, deux interlocuteurs dont les voix ressemblent à celles de Victoria Nuland et Geoffrey Pratt discutent des efforts de la communauté internationale pour résoudre la crise politique en Ukraine. À un certain moment, la femme laisse entendre que la position de l'Union européenne sur la question ne devrait pas être prise en considération en disant «Que l'UE aille se faire foutre!».

Sur Twitter jeudi, le collaborateur de M. Rogozin, Dimitri Loskutov, a affirmé qu'il s'agissait d'un commentaire controversé de la part de Mme Nuland, qui est secrétaire d'État adjointe. Le message de M. Loskutov a été transmis environ sept heures avant que la vidéo n'ait fait le tour du Web et des médias.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, a fait référence à la mention sur Twitter et aux intérêts de la Russie dans le conflit en Ukraine, qui s'est transformé en lutte à finir entre les pro-Moscou et les partisans de l'Occident, mais a refusé de commenter le contenu de la vidéo, dans laquelle les deux personnes donnent aussi leur opinion sur différentes personnalités de l'opposition ukrainienne.

De son côté, la porte-parole du département d'État américain, Jen Psaki, a déclaré que si les Russes étaient coupables d'avoir écouté, enregistré et publié une conservation téléphonique privée entre deux diplomates, ils étaient tombés vraiment bas.

Interrogée à savoir si l'appel était authentique, Mme Psaki a répondu: «Je n'ai pas dit qu'il n'était pas authentique.» Elle a ajouté que Victoria Nuland avait communiqué avec ses homologues de l'Union européenne et avait bien sûr présenté ses excuses pour les commentaires qu'elle aurait supposément faits.

PLUS:pc