NOUVELLES

De nouveaux revenus pour équilibrer le budget de la STM

06/02/2014 06:46 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT
Myriam Lefebvre

La Société de transport de Montréal (STM) compte sur des augmentations de taxe sur l'essence, de frais d'immatriculation ou encore sur la future politique de mobilité durable pour équilibrer son budget 2014. La STM prévoit un manque à gagner de 20 millions de dollars sur son budget de 1,3 milliard, si elle n'obtient pas de nouvelles sources de revenus.

La STM présentait ses états financiers jeudi devant la commission des Finances de la Ville de Montréal.

La politique de mobilité durable du ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, avait été promise pour la fin de l'année, puis reportée en janvier et sera finalement présentée lundi, à la veille de la reprise des travaux parlementaires à Québec.

Le président de la STM, Philippe

, espère y trouver au moins quelques millions de dollars supplémentaires pour sa société :

« On a bon espoir qu'à l'intérieur de ça on ira chercher une partie de ce 20 millions-là. On a parlé au niveau régional de la possibilité d'augmenter la taxe sur l'essence, d'étendre les frais d'immatriculation de 45 $ à l'ensemble de la CMM. On n'a pas évalué combien de revenus ça pourrait nous rapporter, mais c'est un montant quand même substantiel ».

Philippe Schnobb reconnaît que la prochaine campagne électorale québécoise va probablement retarder de toute manière l'allocation de nouveaux fonds, mais souhaite en obtenir au moins l'automne prochain.

Entre-temps, la STM cherche toujours comment améliorer le service, en particulier avec les voies réservées aux autobus :

« On estime que c'est la manière la plus rapide et la plus efficace et la moins chère pour améliorer la fluidité. (...) D'autres modes sont toujours évalués: on parle d'électrification, de trolleybus, d'électrobus, tout ça fait toujours partie du plan stratégique, ce sont des choses qu'on n'écarte pas du tout », dit-il.

Bonne nouvelle pour les usagers : la réduction annoncée de 3 % des heures de service des autobus ne s'appliquera pas avant juin, le temps nécessaire pour revoir l'ensemble des horaires du réseau.

Moins bonne nouvelle pour certaines catégories d'usagers toutefois : le président de la STM écarte toute idée de tarification sociale pour les usagers dans les prochaines années.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, avait évoqué l'an dernier l'idée de revoir la tarification pour que les personnes âgées et les personnes moins bien nanties puissent bénéficier de tarifs réduits. Il avait toutefois précisé vouloir consulter les budgets de la Ville et de la STM avant d'en faire une promesse électorale. Le président de la STM et ex-candidat défait de son équipe, Philippe Schnobb, a clairement indiqué que ce n'était pas une priorité.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 stations de métro où (presque) personne ne va