NOUVELLES

Libye: des groupes armés attaquent des bâtiments de télévision à Benghazi

06/02/2014 08:08 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Des groupes armés ont attaqué les bâtiments des chaînes de télévisions privées Libya al-Ahrar et Libya Oula à Benghazi, dans l'est de la Libye, causant d'importants dégâts matériels, ont déclaré jeudi à l'AFP des sources de sécurité et des journalistes.

"Le siège de la chaîne Libya al-Ahrar à Benghazi a été la cible mercredi soir d'une attaque armée menée par des inconnus", a indiqué Mahmoud Chammam, le président du Conseil d'administration de la chaîne.

"Des hommes armés ont jeté un cocktail Molotov sur les bâtiments de la chaîne, incendié un véhicule de transmission et tiré une rafale de balles sur le siège de la télévision", a confirmé à l'AFP Khadija al-Ammami, une journaliste de Libya al-Ahrar qui a échappé en août dernier à une tentative d'assassinat à Benghazi.

Selon M. Chammam, qui fût le premier à occuper le poste de ministre de l'Information après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, "l'attaque n'a fait aucune victime parmi le personnel".

En outre, "le siège de la chaîne Libya Oula a été vandalisé par des groupes armées", selon une source de sécurité.

Mardi, Mohamed al-Sarit, un journaliste de la chaîne al-Assema qui diffuse à partir de Tripoli a été enlevé pendant plusieurs heures par des inconnus.

Début décembre, le directeur et propriétaire d'une radio privée libyenne a été tué par des inconnus dans des circonstances toujours non élucidées.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé a plusieurs reprises les attaques ciblant les journalistes en Libye, appelant les autorités à les protéger.

RSF avait reconnu l'existence "de menaces graves de la part de milices à l'encontre de journalistes, largement à Benghazi, mais aussi à Tripoli et dans d'autres villes du pays".

Depuis la chute de Kadhafi, qui avait bâillonné la presse durant des années, plusieurs journaux et chaînes de télévision privés ont vu le jour.

ra/yba/cbo

PLUS:hp