NOUVELLES

Les conservateurs n'excluent pas d'interdire le vote à visage couvert

06/02/2014 05:27 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le gouvernement conservateur n'a pas inclus le vote à visage découvert, pourtant une promesse de longue date, dans sa large refonte de la loi électorale.

Si les troupes de Stephen Harper ne ferment pas complètement la porte à un ajout à cet effet, le Bloc québécois doute qu'elles envisagent réellement de le faire, compte tenu de leur opposition à la charte des valeurs québécoises.

Dès 2007, M. Harper avait promis dans son discours du Trône l'interdiction du vote d'une personne dont le visage est caché, notamment par un voile intégral. Deux projets de loi avortés plus tard et, surtout, un désaccord flagrant sur la question de la charte du gouvernement péquiste, l'enjeu semble soudainement moins important.

À la période de questions jeudi, le bloquiste André Bellavance a demandé au ministre d'État à la Réforme démocratique, Pierre Poilievre, pourquoi le gouvernement conservateur faisait ainsi «volte-face» en n'incluant pas une disposition sur le vote à visage découvert dans son projet de loi déjà volumineux.

M. Poilievre a remercié M. Bellavance pour «sa suggestion». «Évidemment nous allons continuer à étudier le projet de loi devant le comité», a-t-il ajouté.

Selon M. Bellavance, Stephen Harper n'a désormais plus espoir de faire une vraie percée au Québec et a donc sciemment mis au rancart cette question, dans l'espoir de plaire aux électeurs des autres provinces. «Pour des raisons tout aussi électoralistes, je pense qu'il aime mieux passer sous silence cet aspect-là», a-t-il conclu.

Le Bloc québécois entend déposer un amendement sur le vote à visage découvert en comité. Et si l'on en croit certains ministres conservateurs, il n'est pas impossible qu'il soit adopté.

«Je crois qu'il y a une bonne argumentation que pour ceux qui doivent s'identifier, il faut s'identifier. Donc, c'est quelque chose à considérer peut-être au comité», a noté le ministre du Multiculturalisme, Jason Kenney, l'un des conservateurs à s'être prononcé le plus vigoureusement contre la charte de la laïcité du gouvernement de Pauline Marois. Il a soulevé toutefois quelques difficultés techniques qui pourraient accompagner l'obligation du vote à visage découvert.

Le Nouveau Parti démocratique n'a pas affiché clairement ses couleurs sur la question, mais la députée Françoise Boivin a mis en doute l'ampleur du phénomène du vote avec un visage caché.

«Ce qui m'a toujours fascinée par rapport à tout ce débat, c'est que c'est un peu un faux problème, en ce sens que je ne connais pas beaucoup de monde qui se présente à visage caché», a-t-elle signalé.

PLUS:pc