NOUVELLES

Les armes trouvées à l'ambassade de Palestine à Prague non utilisées "lors de crimes" (police)

06/02/2014 02:22 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Les armes découvertes à la résidence de l'ambassadeur de l'Autorité palestinienne à Prague, Jamal al-Jamal, mort le jour du Nouvel An dans une explosion, datent des années 1970 et 1980 et n'ont "pas été utilisées dans des crimes non élucidés", a annoncé jeudi la police tchèque.

"Les expertises balistiques ont exclu toute conformité avec les armes (...) saisies dans des crimes non élucidés en République tchèque", selon un communiqué de la police.

La police avait annoncé le mois dernier qu'elle avait découvert à la résidence de l'ambassadeur douze armes, dont des mitraillettes et des pistolets.

Selon la presse, il s'agissait de quatre pistolets mitrailleurs Skorpion VZ61 et de huit pistolets VZ82, fabriqués dans l'ex-Tchécoslovaquie et fournis avant la chute du régime communiste à Prague en 1989 à l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

D'après la partie palestinienne, il s'agissait d'un cadeau des autorités communistes aux diplomates palestiniens à Prague.

Les conclusions des expertises effectuées jusqu'à ce jour "prouvent que (ces armes) datent des années 1970 et 1980", a précisé la police, ajoutant que les résultats d'autres expertises seront connus "dans les semaines à venir".

M. Jamal al-Jamal, âgé de 56 ans, qui n'avait pris qu'en octobre ses fonctions d'ambassadeur en République tchèque, a été mortellement blessé le 1er janvier. Il est mort peu après son transfert à l'hôpital.

Vingt-quatre heures plus tard, la police a exclu un acte terroriste, parlant d'une explosion accidentelle provoquée par un système de protection placé sur un coffre-fort dans sa résidence.

La fille du diplomate, Rana, a contesté la version officielle d'un accident et suggéré que son père avait pu être victime d'un attentat.

jma/mrm/bds

PLUS:hp