NOUVELLES

La mortalité liée à la rougeole à un plus bas historique, mais remonte en Syrie

06/02/2014 12:47 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

La mortalité liée à la rougeole est à un plus bas historique dans le monde à la suite de campagnes massives de vaccination, mais il y a des régions où la situation empire, comme en Syrie, a annoncé jeudi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

"Nous sommes parvenus à un plus bas dans le nombre des cas de rougeole, avec une chute de 77% entre 2000 et 2012, qui a conduit à une baisse record du nombre estimé des morts", a déclaré Robert Perry, du département de l'OMS sur l'immunisation.

Cette maladie très contagieuse, et particulièrement mortelle chez les enfants, a coûté la vie à quelque 122.000 personnes en 2012, dernière année en date pour laquelle des statistiques mondiales sont disponibles.

En 2000, le nombre des décès dus à la rougeole était de 562.000.

Entre 2000 et 2012, le nombre des cas annuels est passé de plus de 853.000 à près de 227.000.

"Malgré ces avancées, les progrès sont encore fragiles", a dit M. Perry devant la presse.

Dans des pays, comme la Syrie, où l'éradication de cette maladie était presque complète, la guerre a eu des effets dévastateurs.

"La Syrie avait un très bon programme (de lutte contre la rougeole) et une couverture très élevée (en matière de vaccination de la population) (...) jusqu'en 2012, elle était bien (engagée) sur la voie de l'élimination de la rougeole", a souligné M. Perry.

Le nombre des cas était de 13 en 2012, mais, en 2012, il dépassait les 700.

Avec les millions de Syriens ayant fui leur foyer, la maladie est repartie à la hausse dans les pays voisins que sont le Liban, la Jordanie, l'Irak et la Turquie.

La polio est également réapparue en Syrie.

La situation reste préoccupante dans des pays africains qui connaissent une combinaison entre un système de santé chancelant et des conflits, comme en République démocratique du Congo, où 72.000 cas de rougeole ont été enregistrés en 2012.

jwf/nl/bds/jeb

PLUS:hp