NOUVELLES

Jusqu'à 29 ans de prison requis contre les meneurs de la fronde de juin en Turquie

06/02/2014 11:42 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Des procureurs d'Istanbul ont requis des peines de sept ans et demi à vingt-neuf ans de prison contre cinq responsables du collectif à l'origine de la fronde antigouvernementale qui a agité la Turquie en juin dernier, a rapporté jeudi l'agence de presse Dogan.

Selon l'acte d'accusation cité par Dogan, ces militants, parmi lesquels les secrétaires généraux de la chambre des architectes Mucella Yapici et de la chambre des médecins d'Istanbul Ali Cerkezoglu, sont poursuivis pour avoir fondé une "organisation criminelle", enfreint les lois sur les manifestations et résisté à des officiers de police.

Un total de 21 autres membres de la plateforme Taksim Solidarité risquent quant à eux dix ans de réclusion pour ces deux derniers délits.

Plus de 300 personnes accusées d'avoir manifesté en juin ont déjà été renvoyées devant les tribunaux de la plus grande ville de Turquie, dont 36 pour des faits de "terrorisme".

Le premier procès géant devrait avoir lieu au printemps prochain.

Le mouvement de contestation sans précédent qui a visé le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a débuté fin mai par la mobilisation d'une poignée de militants écologistes hostiles à la destruction annoncée du parc Gezi, un jardin public qui surplombe la fameuse place Taksim d'Istanbul.

Leur évacuation musclée a dégénéré en une vague de manifestations pendant les trois premières semaines de juin dans tout le pays, pour réclamer la démission de M. Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de vouloir "islamiser" la société turque.

La répression de cette fronde, qui a mobilisé 2,5 millions de personnes, selon la police, a fait au moins six morts, plus de 8.000 blessés et des milliers d'arrestations.

pa/ba/sym

PLUS:hp