NOUVELLES

Egypte: Sissi à la présidentielle, propos mal "interprétés" par le quotidien koweïtien (armée)

06/02/2014 04:01 EST | Actualisé 07/04/2014 05:12 EDT

L'armée égyptienne a affirmé jeudi qu'une interview de son chef à un quotidien koweïtien annonçant qu'il se présentera à la présidentielle a été mal "interprétée" et que le maréchal Abdel Fattah al-Sissi réserve l'annonce de sa candidature éventuelle au seul "peuple égyptien".

Dans des propos attribués à M. Sissi, nouvel homme fort de l'Egypte depuis qu'il a destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi, le quotidien koweïtien Al-Seyassah assurait jeudi qu'il annonçait sa candidature.

Dans un communiqué, l'armée ne dément pas qu'il le fera, mais assure que le maréchal ne l'a pas dit de manière "directe" à Al-Seyassah. L'armée a mandaté M. Sissi la semaine dernière pour se présenter à la présidentielle, mais il doit d'abord prendre sa retraite de militaire pour postuler à la magistrature suprême.

"Ce qui a été rapporté par le journal koweïtien Al-Seyassah relève de l'interprétation journalistique et pas de citations directes du maréchal Sissi", affirme le porte-parole de l'armée, le colonel Ahmed Aly, dans le communiqué.

"La décision de se présenter ou non à la présidentielle est une décision personnelle que le maréchal Sissi prendra devant le peuple égyptien lui-même et personne d'autre, en s'exprimant de façon claire et directe, sans ambiguïtés", insiste le texte.

Les autorités égyptiennes avaient annoncé que la présidentielle se tiendrait sous trois mois et avant les législatives, un calendrier taillé sur mesure pour le militaire devenu en sept mois la personnalité la plus populaire du pays.

Il vient d'être élevé au grade le plus élevé de l'armée, un honneur vu par plusieurs hauts responsables comme un "au revoir" de l'armée à son chef, qui devra quitter ses fonctions au sein de l'institution militaire avant de déposer sa candidature, comme le stipule la Constitution.

tgg-sbh-gir/feb

PLUS:hp