NOUVELLES

Affaire Tapie: le FMI continue d'apporter sa "confiance" à Lagarde

06/02/2014 10:33 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Le FMI a annoncé jeudi qu'il continuait d'apporter sa "confiance" à sa directrice générale, Christine Lagarde, qui a été interrogée fin janvier en qualité de témoin assisté dans l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais.

"Le conseil d'administration a été informé de cette affaire, y compris cette année, et a réaffirmé sa confiance dans les capacités de la directrice générale à assumer efficacement ses fonctions", a indiqué Gerry Rice, porte-parole du Fonds monétaire international, lors d'une conférence de presse.

Mme Lagarde a été entendue le 31 janvier à la Cour de Justice de la République (CJR) pour son rôle comme ministre de l'Économie à l'époque de l'arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie en 2008 dans l'affaire de la vente d'Adidas par le Crédit Lyonnais.

Après plusieurs heures d'audition, la dirigeante du FMI est ressortie avec la même qualité de témoin assisté, un statut intermédiaire entre simple témoin et mis en examen.

Le FMI lui a déjà apporté son soutien à plusieurs étapes de cette enquête ouverte pour "escroquerie en bande organisée".

Cinq acteurs de ce dossier sont mis en examen par des juges du pôle financier: Bernard Tapie, qui avait bénéficié de 403 millions d'euros en réparation de son préjudice lors de la vente d'Adidas par le Crédit lyonnais, son avocat Maurice Lantourne, l'un des trois juges arbitres Pierre Estoup, l'ancien directeur de cabinet de Mme Lagarde, Stéphane Richard, et Jean-François Rocchi, patron à l'époque du CDR, la structure chargée de gérer l'héritage du Crédit lyonnais.

Les magistrats soupçonnent une entente illicite entre ces protagonistes et un "simulacre" d'arbitrage en faveur de M. Tapie.

jt/sl/rap

PLUS:hp