NOUVELLES
04/02/2014 06:56 EST | Actualisé 06/04/2014 05:12 EDT

Centrafrique: vote en France le 26 février sur une prolongation de l'opération française

L'Assemblée nationale française se prononcera par un vote le 26 février sur une prolongation de l'intervention militaire française en Centrafrique, lancée le 5 décembre, a annoncé mardi le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies.

Ce vote est prévu par la Constitution pour les opérations se prolongeant au-delà de quatre mois. Il aurait dû intervenir en mars mais il a été avancé à fin février car le Parlement français doit suspendre ses travaux à la fin du mois et pour cinq semaines en raison d'élections municipales prévues en mars.

D'ici le 26 février, une délégation de parlementaires français devrait se rendre en Centrafrique afin de se rendre compte de l'évolution de la situation sur place.

Quelque 1.600 militaires français sont déployés en Centrafrique depuis le 5 décembre, afin de restaurer la sécurité dans ce pays. Un premier débat, sans vote, s'était déroulé à l'Assemblée nationale le 10 décembre, au cours duquel la plupart des forces politiques avait soutenu l'intervention.

Depuis, face aux violences sur le terrain et aux risques d'enlisement, les doutes et interrogations ont crû dans l'opposition.

Début décembre, le président français François Hollande avait prédit que l'intervention française, avec comme mission prioritaire de "désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations" serait "rapide" et "efficace".

Lundi, l'armée française a jugé que "la violence avait été en partie jugulée" en Centrafrique. Deux mois après le début de l'intervention française en Centrafrique, la violence continue toutefois de secouer Bangui et l'intérieur du pays, où au moins 75 personnes ont été tuées en moins d'une semaine dans des affrontements entre civils chrétiens et musulmans dans l'Ouest.

vdr/ic/dch/prh/hba

PLUS:hp