NOUVELLES
03/02/2014 12:19 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

Salvador/présidentielle : un ex-guérillero face à un farouche anti-communiste

Salvador Sanchez Ceren, ancien commandant de la guérilla et candidat de l'ex-rébellion au pouvoir depuis 2009 au Salvador, a revendiqué une victoire serrée à la présidentielle dimanche face à Norman Quijano, un ancien dentiste conservateur soutenu par les milieux d'affaires qui a dénoncé des fraudes.

- Salvador Sanchez Ceren

Cet ancien guérillero qui a remisé l'uniforme il y a 22 ans pour se consacrer à la politique, s'était fixé pour but de devenir le premier ex-combattant marxiste de la guerre civile (1980-1992) à passer l'écharpe présidentielle.

Agé de 69 ans, l'actuel vice-président du modéré Mauricio Funes fut l'un des 10 membres de la guérilla du Front Farabundo Marti pour la libération nationale (FMLN) signataires des accords de paix avant mis fin à ce conflit qui a fait quelque 75.000 morts.

Adepte des discours enflammés, l'ex-professeur et ministre de l'Education au sourire avenant explique aujourd'hui avoir "lutté toute sa vie" pour les pauvres, qui représentent 40% de la population de son petit pays, selon les Nations unies.

Diplôme de professeur en poche à 19 ans, il a nourri sa révolte dans les écoles de la région déshéritée de Libertad (sud), où il a fait ses débuts comme militant syndical avant se distinguer dans la capitale lors des grandes grèves de 1969 et 1971.

Son virage dans la clandestinité s'est opéré dans les années 1970. En 1980, il participe à la création du FMLN, qui s'engage dans la lutte armée contre le gouvernement.

Surnommé commandant "Leonel Gonzales" sur le front, il passa l'essentiel de la guerre dans les montagnes de la région de Chalatenango (nord), théâtre d'intenses affrontements contre l'armée.

Juan Garcia, un milicien l'ayant accompagné pendant le conflit, le décrit aujourd'hui comme une personne "ordonnée, sérieuse, solidaire, prudente et peu encline à la plaisanterie".

Il a assisté au château de Chapultepec (Mexique) à la signature des accords de paix conclus sous la pression croissante de l'armée soutenue par Washington.

Il a ensuite supervisé la destruction des armes de la rébellion à El Paisnal, près de San Salvador, une étape obligatoire avant la légalisation du FMLN comme parti politique, effective en décembre 1992.

Elu député en 2000, il le restera jusqu'à sa désignation à la vice-présidence en 2009 par Mauricio Funes, l'ex-journaliste qui a porté le FMLN à la présidence.

Jusqu'en 2012, il cumula ces fonctions avec celles de ministre de l'Education, fonction dans laquelle il a acquis une forte popularité en lançant de nombreux projets sociaux telles que les "paquets scolaires", trousseaux de vêtements, chaussure et matériel scolaire offerts aux écoliers.

Auteur de plusieurs ouvrages, il a publié en 2008 son autobiographie, "La vie s'écrit avec les rêves", dans laquelle il estime que la mémoire historique "est une nécessité éthique et sociale".

Il est marié et père de quatre fils.

- Norman Quijano

Norman Quijano, un anti-communiste farouche de 67 ans, est un ancien dentiste devenu maire de San Salvador, investi par l'Alliance républicaine nationaliste (Arena) pour tenter de déloger l'ex-rébellion de la présidence conquise en 2009.

Peu charismatique et autoritaire selon ses détracteurs, cet homme à la moustache et au cheveu grisonnants est considéré comme sérieux et compétent parmi les milieux d'affaires et les médias privés qui le soutiennent.

Arborant immanquablement un bracelet aux couleurs bleu rouge et blanc de son parti, M. Quijano a reçu son diplôme de dentiste à l'Université du Salvador en 1977.

Ses premiers pas en politique datent de 1989 lorsqu'il fut nommé dans l'équipe du maire de San Salvador Armando Calderon, qui fut ensuite président de 1994 à 1999.

Entre 1994 et 2009, M. Quijano fut député avant d'emporter à son tour la mairie de la capitale, à laquelle il fut réélu en 2012.

En 2011, il fut victime d'une alerte cardiaque, ce qui l'oblige aujourd'hui à effectuer une heure quotidienne d'exercice physique.

"J'ai toujours été très honnête", plaidait-il pendant la campagne, confiant abhorrer par dessus tout "le désordre et le communisme".

Par ailleurs, il ne s'est jamais caché d'avoir pour modèle le fondateur de l'Arena, Roberto D'Aubuisson, soupçonné d'être à l'origine de l'assassinat de l'archevêque Oscar Arnulfo Romero le 24 mars 1980, qui avait précipité le pays dans la guerre civile.

Séparé de son épouse, M. Quijano a quatre filles. Il avait prévu de promouvoir l'aînée, Lisseth, première dame en cas de victoire.

bur-ag/ob/ml

PLUS:hp