NOUVELLES
03/02/2014 11:36 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

Opération policière : un homme abattu au centre-ville de Montréal

Alain Beland - Radio-Canada

À Montréal, un homme est mort après avoir reçu des projectiles d'arme à feu, vers 11 heures ce matin, à proximité du terminus d'autocars sur la rue Berri.

Les policiers sont intervenus après avoir reçu plusieurs appels au 911 concernant un individu violent.

MISE À JOUR:

» L'identité de l'homme abattu par la police dévoilée

« Un homme d'une quarantaine d'années, armé d'un marteau, a commis des actes de violence dans un petit hôtel où il logeait depuis vendredi. Les policiers ont été appelés à intervenir après que ce dernier eut quitté les lieux », a déclaré le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), l'agent Danny Richer.

L'homme en question s'appellerait Allan. Il partageait depuis vendredi une chambre avec quelques personnes, dont Calvin Sims, un jeune homme originaire de l'Ontario.

Calvin dit qu'Allan semblait normal, jusqu'à ce qu'il se mette à frapper porte et fenêtres d'un hôtel de la rue St-Hubert. Un employé de l'hôtel lui a montré la porte de sortie. Les deux hommes se sont ensuite dirigés vers la gare d'autobus. Le grabuge s'est poursuivi et des gens ont appelé le 911.

Les policiers sont alors arrivés.

Le porte-parole du SPVM ne peut pas dire pourquoi, un des leurs a tiré sur l'individu :

« Il y a plusieurs hypothèses étudiées; la séquence des événements exacts, on devra la déterminer au fur et à mesure qu'on recueille les témoignages des témoins, des policiers. Est-ce qu'il y avait des caméras de sécurité sur place? Ça va être à déterminer », a ajouté M. Richer.

Des témoins disent que l'homme a foncé vers les policiers, armé d'un marteau, et c'est alors qu'un des leurs aurait tiré sur l'homme.

Allan est mort à l'hôpital des suites de ses blessures.

L'enquête a été confiée à la Sûreté du Québec, car l'intervention du SPVM a provoqué des blessures causant la mort.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Martine Asselin, a confirmé en milieu d'après-midi que plus d'un coup de feu avait été tiré et que sept policiers du SPVM avaient dû se rendre à l'hôpital pour choc nerveux. L'enquête se poursuit.