NOUVELLES
03/02/2014 04:28 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

Le leader de la gauche radicale grecque, en visite en France, critique Hollande

Alexis Tsipras, leader du Syriza (gauche radicale), principal parti d'opposition grec et candidat à la présidence de la Commission européenne, a jugé lundi lors d'une visite en France que "si le gouvernement de François Hollande était différent, l'Europe serait différente"

"Je crois profondément que si le gouvernement de François Hollande était différent, toute l'Europe aujourd'hui serait différente" a déclaré Alexis Tsipras au siège du Parti communiste français (PCF) devant une salle comble.

"Malheureusement, au lieu d'être un contrepoids et l'obstacle face au néolibéralisme de l'Europe allemande, le gouvernement Hollande fonctionne seulement comme le pied-à-terre des politiques décidées par Mme Merkel", a-t-il lancé.

Il a également estimé que François Hollande se faisait "le défenseur de la politique la plus à droite que l'Europe ait jamais subie".

"Cela fait quelques jours que François Hollande a annoncé (...) un programme d'austérité qui conduira à la récession et réduira la déjà faible croissance de la France", a déclaré le leader du Syriza.

"Puisque l'économie française a une voix spéciale en Europe, l'austérité annoncée par François Hollande sera pour nous tous qui nous trouvons dans la zone euro une nouvelle poussée dans la récession", selon lui.

"Je me demande s'il est vraiment possible que M. Hollande n'ait rien entendu du débat international sur l'échec de l'austérité en Grèce", a déploré Alexis Tsipras.

"Il ne voit pas que la seule chose que l'austérité est arrivée à faire est d'approfondir la crise économique et de nourrir la récession et de créer en même temps une crise humanitaire et un problème grave de démocratie ?", a-t-il interrogé.

"Le chômage,la pauvreté et la difficulté à survivre donnent naissance au désespoir, et malheureusement cela ouvre les oreilles de plus en plus de personnes aux discours politiques de l'extrême droite populiste", a estimé le leader grec. "Aujourd'hui, la droite populiste représente le plus grand danger pour l'Europe", a-t-il dit.

Alexis Tsipras était invité par Pierre Laurent, président du Parti de la gauche européenne (PGE) et secrétaire national du PCF.

"Sa présence à Paris est pour nous un signal fort", a déclaré Pierre Laurent. "Il s'agit d'une entrée en campagne de toutes les forces de la gauche européenne", a-t-il dit.

En début d'après-midi, il s'était entretenu avec "(s)on camarade Jean-Luc Mélenchon", coprésident du Parti de gauche (PG).

Le Syriza, adversaire de la politique de rigueur imposée au pays depuis le début de la crise de la dette en 2010 est depuis quelques semaines donné en tête des intentions de vote en Grèce alors que s'annoncent au mois de mai, outre les élections européennes, des scrutins municipaux et régionaux à valeur de test pour le gouvernement grec.

kap/bw/ai

PLUS:hp