NOUVELLES
03/02/2014 08:45 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

JO-2014 - Snowboard slopestyle: forfait du Norvégien Horgmo

Le Norvégien Torstein Horgmo a été contraint de déclarer forfait pour l'épreuve de snowboard slopestyle des JO-2014 après une chute à l'entraînement lundi, a annoncé l'encadrement norvégien.

Horgmo qui faisait partie des prétendants au podium de la nouvelle épreuve de slopestyle, s'est fracturé la clavicule en tombant sur l'un des rails du parcours.

"Je suis vraiment désolé, les blessures et chutes font partie de notre sport, mais celle-ci tombe vraiment mal. Je veux juste maintenant avoir une convalescence rapide et remonter rapidement sur mon snowboard", a expliqué Horgmo, dans un communiqué de l'équipe norvégienne.

Horgmo qui aura 27 ans le 18 février, était considéré comme l'un des prétendants au podium au même titre que l'Américain Shaun White, la star du snowboard.

Le 3e du classement général de la Coupe du monde est tombé sur un rail lors de l'entraînement sur le site de l'Extreme Park à Rosa Khoutor.

Il avait été évacué sur une civière et conduit à l'hôpital.

"Il est tombé sur le visage et sur son épaule droite", avait dans un premier temps déclaré son entraîneur Thomas Harstad.

"J'ai vu qu'il a fait une grosse chute. Il tentait quelque chose de difficile, sans doute la combinaison la plus difficile de la journée", avait expliqué son compatriote Staale Sandbech,

A l'issue de la séance d'entraînement, les athlètes se sont réunis pour discuter de la piste et ont pointé du doigt les trois sauts du parcours, trop dangereux à leurs yeux.

"Je pense que les organisateurs ont voulu faire des sauts trop grands, ce n'est pas bien pour nous, pour notre sécurité. Je ne veux pas me blesser, ce n'est pas un parcours sympa", a regretté le Finlandais Roope Tonteri, champion du monde 2013 de la spécialité.

A l'instigation de l'Américain Charles Guldemond, les athlètes se sont entretenus avec Roberto Moresi, en charge au sein de la Fédération internationale de ski (FIS) du slopestyle.

"Le dernier saut est trop creusé, la phase d'élan est trop longue, certains garçons et filles ont peur", a expliqué Guldemond.

La FIS a accédé à la demande des athlètes: les sauts seront atténués et des aménagements seront faits sur les rails du parcours, a précisé M. Moresi.

Les qualifications ont lieu jeudi et la finale samedi.

ep-jr/bvo

PLUS:hp