NOUVELLES
02/02/2014 10:40 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

Un baleinier et un navire de manifestants se heurtent dans l'Antarctique

SYDNEY - Un baleinier japonais et un navire de manifestants sont entrés en collision dimanche dans les eaux glacées au large de l'Antarctique, et les deux camps s'accusent mutuellement d'être responsables de l'incident.

Personne n'a été blessé dans la collision, mais les deux bateaux ont été légèrement endommagés.

Le groupe Sea Sepherd, qui a été fondé par le militant écologiste canadien Paul Watson, a affirmé que les baleiniers japonais ont tenté pendant plusieurs heures d'endommager le gouvernail et la propulsion de ses navires à l'aide de câbles d'acier.

Le navire japonais Yushin Maru no. 3 a abîmé la proue et l'ancre du «Bob Barker» quand il s'en est trop approché, a déclaré le capitaine du navire écologiste, Peter Hammarstedt.

«C'était une attaque délibérée et ils ont frappé sans aucune hésitation», a dit M. Hammarstedt à l'Associated Press. Son navire porte le nom du célébre animateur américain qui a donné des millions de dollars à l'organisation.

Sea Shepherd tente chaque année d'interférer avec la chasse japonaise à la baleine.

Le Japon a pour sa part déclaré que le bateau des manifestants s'était trop approché du baleinier. L'Institut de recherche sur les cétacés, à Tokyo, qui commandite la chasse annuelle, a indiqué par voie de communiqué que des militants prenant place à bord de deux canots pneumatiques lancés depuis le «Bob Barker» ont déployé des cordes dans lesquelles l'hélice du Yoshin Maru s'est empêtrée.

Le «Bob Barker» se serait ensuite trop approché du navire japonais, endommageant le bastingage et la coque du baleinier.

«Notre navire de recherche participe à une activité légitime permise par le traité international. Le sabotage violent de Sea Shepherd, qui met en péril la vie des membres d'équipage et endommage nos navires et notre équipement, ne peut être toléré», a dit par voie de communiqué l'Agence japonaise des pêches.

Un porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a de son côté indiqué que le Japon a demandé aux Pays-Bas, où les navires des militants sont enregistrés, de prendre des mesures «efficaces» pour empêcher tout récidive.

Le ministre australien de l'Environnement, Greg Hunt, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur l'incident.

Le Japon tue environ un millier de baleines chaque année, officiellement à des fins scientifiques. Ses détracteurs affirment qu'il s'agit plutôt d'une chasse commerciale, puisque la viande qui n'est pas étudiée est vendue aux consommateurs.

L'Australie s'est adressée au plus haut tribunal onusien, l'an dernier, pour faire interdire cette chasse. La décision de la Cour internationale de Justice est attendue plus tard cette année.

PLUS:pc