DIVERTISSEMENT
02/02/2014 08:21 EST | Actualisé 02/02/2014 08:24 EST

«One Manu Show» : Édith Cochrane à la mise en scène du spectacle d'Emmanuel Bilodeau

Agence QMI

Le comédien Emmanuel Bilodeau est actuellement en plein rodage de son premier spectacle solo, le One Manu Show, dont la première montréalaise aura lieu en septembre prochain. C’est sa conjointe, Édith Cochrane, qui assure la mise en scène de cette prestation d’humour très attendue.

Si, au départ, il y a environ un an et demi, l’actrice refusait de se joindre à son homme dans cette aventure, alors trop occupée par ses autres engagements professionnels et par l’éducation de ses deux petits garçons, qui ont grandi depuis, elle a fini par se laisser convaincre. Et elle ne regrette pas son choix.

«À un moment donné, c’est devenu une évidence, explique-t-elle. On travaille super bien ensemble. J’avais des idées. Donc, quand il m’a refait la grande demande, j’ai accepté. On arrive à compartimenter avec la vie de famille. On fait des meetings, on travaille au bureau d’Emmanuel, on répète. On travaille sérieusement.»

Avec leur équipe, Emmanuel et Édith concoctent le spectacle qu’eux-mêmes aimeraient applaudir. Celui qui a animé son premier gala Juste pour rire l’été dernier souhaite s’adresser aux Québécois et leur entretenir de sujets qui lui tiennent à cœur, comme l’environnement et la politique. Bilodeau privilégiera l’approche du stand up comique, sans pour autant user de la formule «une ligne, un punch». Des personnages connus du public, comme le bandit à cravate Tony Tomato, feront aussi incursion dans cet univers unique.

«Il y aura plein de thématiques très riches, mais ce n’est pas du tout moralisateur, souligne Édith Cochrane. On va sortir de là galvanisés, et on va avoir envie de faire quelque chose pour changer le monde.»

On peut déjà se procurer des billets pour la tournée du One Manu Show en se rendant ici.

Drôles de positions

Cet hiver, les téléspectateurs renouent avec Édith Cochrane dans Série noire, le lundi soir, à ICI Radio-Canada Télé. La comédienne y personnifie Judith, la conjointe de Denis (François Létourneau), l’un des deux auteurs en quête d’inspiration. Le tournage de certaines scènes des deux premiers épisodes – et d’autres qui n’ont pas encore été diffusées – a été extrêmement délicat pour elle, puisque celles-ci impliquaient une nudité complète, ou presque, de sa part. Déjà, on a pu la voir, en tenue d’Ève, se faire surprendre en pleins ébats avec une femme.

«Moi-même, je ne m’étais jamais vue dans ces positions-là, lance Édith, pince-sans-rire. C’est un rôle de composition, fait avec beaucoup de respect. On en a beaucoup parlé, Jean-François (Rivard, réalisateur de la série, qui co-signe aussi les textes avec François Létourneau) et moi, avant de commencer le tournage. On n’a pas fait comme si ça n’existait pas. Il voulait que je sois à l’aise, ce qui fait que, quand est venu le temps de tourner, tout était dédramatisé.»

«Ma plus grosse scène de nudité était dans le salon, en plein jour, devant une fenêtre, dans une pièce à aire ouverte, enchaîne-t-elle. Je n’avais pas le goût d’être devant tout le monde. Mais, quand on a enregistré, comme par magie, il n’y avait presque plus personne sur le plateau. Bernard Chabot, le premier assistant à la réalisation, a fait en sorte que tout se déroule dans un immense respect. Aussi, je connaissais l’autre comédienne. Entre les scènes, on se montrait des photos de nos enfants.

C’était un peu surréaliste, comme travail, mais ça s’est bien passé! (rires)»

Au fil des semaines, Judith prendra de plus en plus sa place dans le doux délire dans lequel glissent peu à peu les deux drôles de moineaux que sont Denis et Patrick (Vincent-Guillaume Otis). Édith Cochrane suggère que des élans torrides pourraient aussi survenir entre Denis et Judith; celle-ci n’a pas complètement bifurqué vers l’homosexualité.

«Elle n’a pas envie de mettre sa famille en péril, relève Édith. Elle veut seulement pimenter sa vie.»

Il est encore trop tôt pour prédire l’issue de la galère dans laquelle les personnages s’embourberont cette saison, et on ignore si Série noire reviendra l’an prochain mais, à n’en pas douter, Édith Cochrane est extrêmement fière d’avoir participé à cette fiction, elle qui était aussi des Invincibles, précédente offrande du tandem Létourneau-Rivard.

«Ce projet-là, je n’en ai jamais douté une seule seconde, avance-t-elle d’un ton décidé. Peu importe ce que les gens en pensent, moi, je suis le public-cible de Série noire, je trouve ça fin, drôle, intelligent, nuancé. Les personnages, tant féminins que masculins, sont incroyables. Ces gars-là ont vraiment le talent d’inventer des personnages intéressants.»

Série noire, le lundi à 21h, à ICI Radio-Canada Télé.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques artistes présents au Festival Juste pour rire 2014