NOUVELLES
02/02/2014 11:16 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

En Colombie, Uribe accuse le gouvernement de "légitimer" les Farc

Farouche détracteur des négociations de paix avec les Farc, l'ex président de Colombie, Alvaro Uribe, a accusé dimanche le gouvernement d'avoir "légitimé" les guérilleros en les transformants en "acteurs politiques".

En pleine campagne électorale pour les législatives de mars, M. Uribe, candidat au Sénat, a fustigé, lors d'un meeting à Medellin (nord-ouest), son successeur Juan Manuel Santos pour avoir ouvert des pourparlers avec la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), délocalisé depuis plus d'un an à Cuba.

"Le président qui nous avait promis, en cas d'élection, d'éliminer ce qui restait de la criminalité et du terrorisme, ce qu'il a fait, c'est de les légitimer", a-t-il lancé, dans une charge particulièrement vive à l'encontre de celui qui fut son dauphin et qu'il accuse de "trahison".

Devant plusieurs milliers de personnes, réunies dans le Centre de convention de Medellin, son fief politique, l'ancien chef de l'Etat (2002-2010), populaire pour sa fermeté envers les Farc mais dont le gouvernement a été éclaboussé par des cas d'atteintes aux droits de l'homme, a appelé ses partisans à lui offrir une majorité au Congrès afin de peser sur le processus de paix.

Selon lui, l'actuel président, qui fut son ministre de la Défense, tente de "cacher les crimes" des Farc en offrant l'impunité à la guérilla lors des négociations.

Le slogan de la campagne de M. Uribe, que tous les sondages envoient déjà au Sénat, insiste sur ce point: "oui à la paix, mais avec un chatiment pour les criminels".

M. Santos, donné comme favori pour sa réélection lors de la présidentielle organisée cette année, a fait adopter l'an dernier une loi prévoyant la possibilité de suspensions de peine pour les guérilleros repentis et l'un des points des pourparlers concerne leur participation à la vie politique.

Les négociations visent à mettre fin au plus vieux conflit d'Amérique latine, qui a mêlé des guérillas communistes, des milices paramilitaires et des bandes criminelles, faisant en près d'un demi-siècle plusieurs centaines de milliers de morts.

Fondées en 1964 à l'issue d'une révolte paysanne, les Farc, la première guérilla du pays, compte encore selon les autorités près de 8.000 combattants.

pz/ob

PLUS:hp