NOUVELLES
01/02/2014 01:34 EST | Actualisé 03/04/2014 05:12 EDT

Mohammed Morsi affirme être toujours le président légitime de l'Égypte

LE CAIRE, Égypte - L'avocat du président déchu de l'Égypte a déclaré, samedi, à un tribunal du Caire que celui-ci n'avait pas l'autorité nécessaire pour juger Mohammed Morsi, soutenant que le leader islamiste demeurait le président légitime du pays parce qu'aucun décret officiel n'avait confirmé sa destitution.

L'audience, la troisième depuis le début du procès en novembre, s'est tenue alors que les attaques menées par les militants islamistes et la répression contre les partisans de M. Morsi, qui englobe maintenant les activistes utilisant les réseaux sociaux pour dénoncer le gouvernement intérimaire, font toujours rage dans la nation en crise.

Me Mohammed Salim el-Awah a fait sa déclaration lors de la reprise du procès de l'ancien président et de 14 autres personnes accusées d'avoir incité leurs fidèles à tuer des manifestants en 2012. La procédure se déroule dans une salle d'audience improvisée dans le bâtiment de l'académie nationale de police en banlieue de la capitale égyptienne.

Par le passé, Mohammed Morsi a déjà insisté sur le fait qu'il était toujours président, un argument qui fait partie de la stratégie des Frères musulmans visant à défier l'autorité du nouveau gouvernement égyptien. Samedi, il a passé l'audience dans une cage en verre insonorisée et ne pouvait s'adresser directement à la cour sans la permission du juge.

Au total, quatre procès ont été intentés contre M. Morsi et les Frères musulmans. La plupart des accusations portées sont punissables de la peine de mort. L'audience de samedi a été ajournée jusqu'à mardi afin de laisser le temps à un comité d'experts d'examiner des vidéos soumises comme preuves par la poursuite. La défense a remis en question l'authenticité de ces images.

Mohammed Morsi a été chassé du pouvoir par un coup d'État militaire le 3 juillet dernier après que des millions d'Égyptiens eurent manifesté pour réclamer son départ. Il est présentement détenu dans une prison à sécurité maximale à Alexandrie. Auparavant, il a été incarcéré pendant quatre mois à un endroit qui n'a pas été précisé.

Le présent procès découle d'affrontements survenus à l'extérieur du palais présidentiel en décembre 2012. Les pro-Morsi avaient attaqué des manifestants opposés au président islamiste, provoquant des combats qui ont fait au moins 10 morts. Les défendeurs sont accusés d'avoir incité leurs partisans à tuer trois de ces protestataires.

Dans le cadre des trois autres actions en justice contre lui, M. Morsi est accusé de s'être évadé de prison durant le soulèvement contre Hosni Moubarak en 2011, d'avoir comploté avec des groupes militants étrangers pour déstabiliser l'Égypte et d'avoir insulté le système judiciaire égyptien.

PLUS:pc