NOUVELLES
31/01/2014 06:00 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Procès Knox: la famille de Meredith Kercher encore "en quête de la vérité"

La famille de Meredith Kercher a indiqué vendredi être encore "en quête de la vérité" dans le procès contre l'Américaine Amanda Knox et son ex-petit ami italien Raffaelle Sollecito pour le meurtre de la jeune étudiante britannique.

"Nous sommes encore en quête de la vérité. Peut-être que nous ne saurons jamais ce qui s'est passé cette nuit-là et nous devons accepter cette situation", a déclaré Stephanie, la soeur de Meredith, au lendemain d'une nouvelle lourde condamnation des deux principaux accusés, Amanda Knox et Raffaelle Sollecito.

Pour la famille, le nouveau verdict qui condamne Amanda à 28 ans et six mois de prison et Raffaelle à 25 ans "n'est qu'une nouvelle étape" dans la longue procédure en cours.

"Il va falloir attendre les attendus du jugement d'ici à 90 jours mais espérons que cela contribuera à arriver au bout du processus", a expliqué Stephanie lors d'une conférence de presse à Florence.

A propos d'éventuelles erreurs et imprécisions commises dans l'enquête, Stephanie a estimé que "le système judiciaire italien est suffisamment fort pour contrôler deux ou trois fois les décisions" prises, à travers son système de recours successifs en appel ou Cassation.

Son frère a souligné combien il était difficile aussi pour la famille de ne pas connaître le fin mot de l'histoire. "C'est frustrant. Cela fait six ans que ça dure" mais que "même si beaucoup de gens n'en sont pas conscients, c'est assez normal pour une affaire de ce genre qu'on aille d'appels en nouveaux recours, etc.."

"C'est difficile de perdre quelqu'un de proche, de cet âge-là, tué de cette manière-là c'est horrible", a encore souligné Lyle Kercher.

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2007, Meredith Kercher, 21 ans, avait été retrouvée, à demi-nue dans une mare de sang, le corps portant les traces de 47 coups de couteau, dans l'appartement qu'elle partageait avec Amanda Knox à Pérouse (centre). L'autopsie avait démontré que cette jeune étudiante de l'université de Leeds (nord) avait également été violée. La thèse de l'accusation est celle d'un jeu sexuel qui, sous l'effet de l'alcool et de la drogue, aurait dégénéré.

ide-fka/ljm/abk

PLUS:hp