NOUVELLES
31/01/2014 07:23 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Une vingtaine de postes abolis au <em>Soleil</em>

Radio-Canada

Le quotidien Le Soleil supprimera 24 postes afin de réaliser des économies de 1,6 million de dollars, a appris Radio-Canada.

Dix employés de la salle de rédaction seront touchés, 10 membres du personnel de soutien et quatre cadres. La direction offre des indemnités de départ aux employés qui acceptent de partir à la retraite.

« On cherche différents départs. On en cherche autour d'une vingtaine dans différents secteurs, le secteur de la production, de l'administration et de la rédaction. On est très confiant, déjà beaucoup de gens se sont manifestés », indique le président et éditeur du Soleil, Claude Gagnon.

Selon nos sources, les compensations offertes varient entre 9 et 18 mois de salaire.

Ces compressions s'inscrivent dans la crise qui touche l'ensemble des médias. « L'arrivée d'internet dans notre décor médiatique fait que la tarte publicitaire se redivise pour l'ensemble des médias d'information, donc ça crée des manques à gagner au niveau des revenus publicitaires », explique M. Gagnon.

L'éditeur du Soleil se fait rassurant quant au contenu régional du journal qui ne devrait pas être affecté. « On a encore la plus grande salle de rédaction de l'est du Québec », dit-il. Il rappelle aussi qu'il peut compter sur « un réseau qui a beaucoup de journaux ». Le Soleil fait partie du groupe Gesca, propriétaire de La Presse notamment.

De plus, la version papier du quotidien ne serait pas menacée pour l'instant. Il est trop tôt, selon Claude Gagnon, pour déterminer quand aura lieu le virage vers les plateformes numériques, comme LaPresse+ offerte sur l'iPad.

« La Presse fait l'expérience pour le groupe actuellement. Ça se passe extrêmement bien. La plateforme est reconnue au niveau mondial comme l'une des plus avancées. La migration se passe bien, mais il faut quand même laisser finir l'expérience avant de tirer des conclusions », précise M. Gagnon.

Le syndicat n'a pas voulu émettre de commentaires. Une rencontre syndicale est prévue vendredi prochain.

À la mi-décembre, c'était le Journal de Québec qui effectuait des compressions. Lors du renouvellement de la convention collective, une douzaine de personnes ont accepté des indemnités de départ pour prendre leur retraite.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 7 géants des médias au Canada