NOUVELLES
31/01/2014 01:05 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Peine de sept ans réclamée pour le séropositif Steve Biron à Québec

SRC

La Couronne réclame sept ans de prison pour Steve Biron, un homme de Québec atteint du VIH qui a reconnu sa culpabilité à des agressions sexuelles ayant mis en danger la vie d'une quinzaine d'hommes. Son avocat croit plutôt que des travaux communautaires et une amende seraient plus justifiés.

L'homme de 35 ans, qui se savait infecté par le VIH, recrutait des partenaires sur Internet dans le but d'avoir des relations sexuelles non protégées avec eux. Il avait été arrêté en novembre 2010.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Rachel Gagnon, a rappelé la gravité des accusations portées à l'endroit de l'accusé de 35 ans, lors des représentations sur la peine au palais de justice de Québec, vendredi matin.

Malgré son plaidoyer de culpabilité et ses démarches de réhabilitation, Me Gagnon a souligné plusieurs facteurs aggravants, dont le nombre de victimes qui ont subi un stress important après avoir appris la maladie de leur ancien partenaire.

Me Gagnon suggère également que Steve Biron soit inscrit au registre des délinquants sexuels à vie.

De son côté, la défense suggère une peine de 240 heures de travaux communautaires, 15 000 $ d'amendes et un suivi de trois ans avec un agent de probation.

Une proposition « aberrante »

L'une des victimes de Steve Biron, qui a assisté aux représentations sur la peine, juge la recommandation de la défense carrément inappropriée. « C'est aberrant! Tu as 15 victimes qui ont des séquelles psychologiques graves, pis il [l'avocat de la défense] demande des amendes et des travaux communautaires », a commenté Jimmy (nom fictif) à la sortie du tribunal.

L'homme est encore troublé par toute cette affaire. Sa relation avec Steve Biron allait au-delà des rapports sexuels. « Il y avait une relation d'amitié. C'est une trahison », confie-t-il. Encore aujourd'hui, il a beaucoup de difficultés à entrer en relation avec une autre personne.

Jeudi, Steve Biron a présenté ses excuses devant le tribunal. Il a dit qu'il regrettait ses gestes. Mais Jimmy doute de la sincérité de son ancien amant.

«  Quand il a lu sa lettre hier, il n'y avait pas une once de remords sincères. Il ne nous a jamais regardés, les victimes, pour s'excuser. C'est toujours à cause de la boisson, à cause de la dépression, à cause de ci, à cause de ça, mais jamais à cause de lui  », déplore l'homme.

La juge Marie-Claude Gilbert rendra sa décision le 30 mai.

INOLTRE SU HUFFPOST

La structure incroyable des virus