NOUVELLES
31/01/2014 11:18 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Non à l'espionnage américain lors des négociations climat (ONG)

Les grandes ONG de défense de l'environnement ont appelé vendredi les Etats-Unis à "publiquement renoncer aux tactiques sournoises" qui ont consisté, selon le Huffington Post citant un document divulgué par l'ancien consultant Edward Snowden, à espionner des délégations durant le sommet climat de Copenhague en 2009.

Le Réseau action climat, qui groupe quelque 850 associations environnementales, "condamne de telles actions" et "appelle les Etats-Unis et les autres gouvernements accusés d'avoir espionné des négociateurs lors du sommet de Copenhague à publiquement renoncer à ces tactiques sournoises", dans un communiqué publié à Berlin.

Le processus de négociations onusien, qui doit aboutir à un grand accord sur le climat en 2015 à Paris, "souffre déjà d'un manque de confiance entre les nations. Si nous voulons sceller cet accord monumental pour la planète, tous les pays doivent faire en sorte de réparer les ponts" entre eux, poursuivent les ONG.

Le document de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, publié mercredi par le Huffington Post, est daté du 7 décembre 2009, premier jour du sommet de Copenhague où les délégations de plus de 190 pays étaient réunies pour conclure un accord sans précédent sur les réductions d'émissions de gaz à effet de serre (GES).

"Les analystes de la NSA, ainsi que ceux de nos partenaires, continueront à fournir aux dirigeants un aperçu unique, actualisé et précieux sur la préparation et les objectifs des pays clés pour cette conférence, ainsi que (...) les stratégies de négociation", indique la note publiée, selon le Huffington Post, sur un site interne de la NSA.

Selon le Huffington Post, les "partenaires" sont le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

"Alors que l'issue de la Conférence reste incertaine, le renseignement d'origine électromagnétique (Signals Intelligence) va sans aucun doute jouer un rôle significatif afin de garder nos négociateurs informés du mieux possible lors de la deuxième semaine", poursuit la note.

Le renseignement d'origine électromagnétique porte sur les communications utilisant les ondes, téléphones comme courriels.

La conférence de Copenhague a frôlé l'échec et abouti, in extremis, à une simple déclaration "politique" de chefs d'Etat sur les efforts qu'ils entendaient engager. La communauté internationale tentera de parvenir à un véritable accord en 2015.

Les Etats-Unis, deuxième plus grand émetteur mondial de GES derrière la Chine, sont extrêmement réticents à l'idée de s'engager dans un accord très rigide, type traité, et veulent que chaque pays fixe lui-même son niveau d'effort et non un mécanisme qui imposerait des objectifs à chacun.

cls/fa/phc/nou/plh

PLUS:hp