NOUVELLES
31/01/2014 11:44 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Le Vatican fait contrôler les finances de deux de ses structures hospitalières

Le Vatican a commandé vendredi un audit de deux structures hospitalières catholiques, dans le cadre de la vaste enquête qu'il a engagée depuis l'an dernier sur instruction du pape François pour contrôler son administration et ses finances.

Le grand hôpital pédiatrique romain du Bambino Gesù et la fondation "Casa sollievo della sofferenza", située à San Giovanni Rotondo (Pouilles, sud) et fondée par le padre Pio (1887-1968) sont concernés.

La commission instituée par François en juillet 2013 pour veiller sur l'organisation de la structure économique et administrative du Saint-Siège a annoncé avoir commandé ces enquêtes internes dans ces deux établissements dont le Saint-Siège est propriétaire.

Le Vatican souhaite y "améliorer les modèles de gestion et garantir la transparence et l'efficacité".

Après un appel d'offres, c'est le cabinet PWC (PricewaterhouseCoopers) qui va se charger de l'audit à l'hôpital du Bambino Gesù, et le cabinet Deloitte de celui à la fondation "Casa sollievo della sofferenza" ("Maison de soulagement de la souffrance").

Après l'élection de François en mars dernier, des cabinets d'audit américains - KPMG, Ernst&Young, Promontory, McKinsey - ont fait une apparition remarquée au Vatican, ce qui a fait l'objet de critiques: .

L'assainissement des procédures économiques, administratives et financières dans le petit Etat est une priorité du pape. Plusieurs commissions d'experts ont été désignées et des changements effectués à des postes-clé.

Le dernier en date a été le remplacement, jeudi, à la tête de l'Autorité d'information financière (AIF - autorité anti-blanchiment) du cardinal Attilio Nicora, 77 ans, qui occupait ce poste depuis 2010, par Mgr Giorgio Corbellini, un juriste qui, en tant qu'ancien secrétaire général adjoint du Gouvernorat du Vatican, "avait déjà eu à traiter d'affaires très délicates", selon l'agence spécialisée sur le Vatican I.Media.

Cette nouvelle nomination s'inscrit dans la ligne du "changement d'air" voulu par le pape François, pour renouveler des structures parfois inadaptées et sclérosées.

str-jlv/ljm/via

PLUS:hp