NOUVELLES
31/01/2014 08:53 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Le scandale entourant le gouverneur du New Jersey semble s'aggraver

TRENTON, États-Unis - Le scandale qui ébranle l'administration du gouverneur du New Jersey, Chris Christie, semblait s'aggraver vendredi, un ancien proche du gouverneur ayant affirmé que celui-ci avait fait des déclarations inexactes lors de sa conférence de presse sur un bouchon de circulation près d'un pont stratégique de la région.

Mais le bureau de M. Christie est catégorique: le gouverneur a dit la vérité.

Les allégations voulant que des collaborateurs de M. Christie aient fermé des voies d'accès au pont George Washington, qui relie le New Jersey à Manhattan, dans le cadre d'une vendetta politique contre un maire de la région ont considérablement nui aux perspectives présidentielles du l'étoile montante du Parti républicain. M. Christie affirme qu'il n'était pas du tout au courant des visées politiques de cette décision, et qu'il en avait eu connaissance bien après les faits.

Mais l'avocat de David Wildstein, un ami de longue date de M. Christie qui était le deuxième principal responsable de l'agence qui gère le pont, a déclaré dans une lettre, vendredi, que son client contestait «l'exactitude de plusieurs déclarations que le gouverneur a faites à son sujet» et qu'il était en mesure de le prouver. L'avocat n'a pas précisé quelles déclarations étaient inexactes.

L'avocat Alan Zegas a également affirmé qu'il y avait des preuves suggérant que le gouverneur était au courant de la fermeture des voies d'accès au pont au moment où elles se sont produites, en septembre.

M. Christie, qui est pressenti comme un potentiel candidat à la présidence en 2016, a déclaré devant la presse il y a trois semaines qu'il était au courant de la fermeture des voies, mais qu'il pensait que cela s'inscrivait dans le cadre d'une étude sur la circulation automobile. Son bureau a maintenu cette version vendredi.

La fermeture des voies d'accès au pont était apparemment une mesure de représailles contre le maire de Fort Lee, une ville qui se situe en bordure du pont du côté du New Jersey, pour ne pas avoir appuyé la réélection de M. Christie. Le gouverneur a congédié sa chef de cabinet quand il a appris l'existence de courriels montrant qu'elle avait orchestré la fermeture des voies pour punir le maire de Fort Lee.

Les législateurs du New Jersey enquêtent sur cette affaire, tout comme le bureau du procureur général fédéral.

PLUS:pc