NOUVELLES
31/01/2014 12:45 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

Le Salvador, miné par la pauvreté et la criminalité

La république du Salvador vote dimanche pour le deuxième tour de l'élection présidentielle afin de désigner un successeur au président Mauricio Funes (limité à un seul mandat), qui avait mis un terme à 20 ans d'hégémonie de la droite en 2009.

SITUATION GEOGRAPHIQUE : petit pays d'Amérique centrale, entre le Honduras à l'est et le Guatemala à l'ouest, bordé par l'Océan Pacifique.

SUPERFICIE : 20.742 km2.

POPULATION : 6,2 millions en 2012, plus trois millions vivant à l'étranger (2,5 millions aux Etats-Unis).

CAPITALE : San Salvador (317.000 habitants, 1,5 million incluant la périphérie).

LANGUE : espagnol.

MONNAIE : le dollar américain a remplacé le colon, en 2001.

GOUVERNEMENT : le président (limité à un seul mandat) est élu tous les cinq ans, le Congrès tous les trois ans.

RELIGION : catholiques (50,4%), chrétiens ou évangélistes (8,9%), autres (2,5%). Sans religion: 8,9%

ANALPHABETISME : 12,4%

PRESIDENT : Mauricio Funes (élu en mars 2009), du Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN), ex-guérilla de gauche vaincue en 1992 grâce à l'appui de Washington, après une guerre civile de 12 ans qui fit 75.000 morts, plus de 7.000 disparus et des pertes économiques estimées à 1,579 milliard de dollars.

REGIME : république; président élu au suffrage universel pour un mandat de 5 ans.

HISTOIRE : indépendance de la couronne espagnole en 1821. En 1932, une insurrection paysanne est réprimée par le dictateur Maximiliano Hernandez Martinez (plus de 30.000 morts).

En juillet 1969, des matches de football exacerbent les tensions entre le Salvador et le Honduras. Le Salvador déclare la guerre à son voisin qui a expulsé plus de 300.000 immigrés salvadoriens travaillant la terre. La "Guerre du football" ou "Guerre des 100 heures" fait 5.000 morts civils et militaires des deux côtés.

A la fin des années 1970, les violences s'accentuent entre groupes para-militaires d'extrême droite, groupes armés d'extrême gauche et l'armée. Après une succession de régimes militaires, le général Carlos Humbero Romero est déposé en octobre 1979 par de jeunes officiers qui installent au pouvoir une junte militaro-civile.

Cependant, les injustices sociales, la répression militaire et politique ainsi que l'assassinat de l'archevêque de San Salvador, Mgr Oscar Arnulfo Romero, le 24 mars 1980, provoquent une guerre civile entre les autorités et la guerilla du FMLN qui rassemble les groupes d'extrême gauche. Après une médiation de l'ONU, elle s'achève en janvier 1992 par des accords de paix entre le gouvernement et le FMLN qui devient un parti politique, aujourd'hui au pouvoir.

Actuellement, le Salvador est victime de la violence des gangs dont quelque 10.000 membres sont incarcérés mais environ 50.000 autres en liberté.

ECONOMIE : textile, canne à sucre, café, produits manufacturés en fer, en plastique, produits pharmaceutiques, boissons.

INFLATION : 0,8% (2013)

EXPORTATIONS : 5,339 milliards de dollars (2013).

IMPORTATIONS : 10,772 milliards de dollars (2013).

PIB : 23,864,4 milliards de dollars (2012).

REVENU PAR HABITANT : 3.818,8 dollars (2012).

TAUX DE PAUVRETE: 40,7%

TAUX DE PAUVRETE EXTREME : 11,3%

CHOMAGE ET SOUS-EMPLOIS : 36,8%

DETTE EXTERIEURE : 13,783 milliards de dollars (2013).

EFFECTIFS MILITAIRES : 20.000 hommes.

EFFECTIFS POLICIERS : 24.000 hommes.

TAUX DE CRIMINALITE : 41/100.000

(Sources : Banque centrale, PNUD, Direction générale des statistiques et des recensements).

cmm/mis-vm/ag/hdz/mf

PLUS:hp