NOUVELLES
31/01/2014 12:53 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

L'Amérique en transe avant le Super Bowl

Des publicités à 4 millions de dollars les 30 secondes, l'Empire State Building changeant de couleur en fonction des tweets des supporteurs et 160 millions de téléspectateurs attendus devant leur télé: l'Amérique est en transe avant le Super Bowl dimanche.

Il s'agit de l'événement sportif le plus démesuré et le plus regardé de l'année aux Etats-Unis.

La finale de football américain oppose cette année les Broncos de Denver (ouest) et les Seahawks de Seattle (nord-ouest) près de New York. Mais autant que le match, le spectacle de la mi-temps et les publicités télévisées sont extrêmement attendus, incontournable exercice de communion nationale.

Au pays des superlatifs, le Super Bowl est roi. Quelque 164 millions de téléspectateurs (pour 319 millions d'habitants) l'avaient regardé l'an dernier, selon la ligue professionnelle de football américain NFL.

Les publicités télévisées, objet d'un "teasing" infernal sur internet, avec des extraits diffusés à l'avance pour faire monter la fièvre, et des experts qui les commentent plus vite qu'un discours présidentiel, se vendent en moyenne 4 millions de dollars les 30 secondes, un record.

Le Super Bowl est de loin le match qui brasse le plus d'argent: 470 millions de dollars en 2012 selon Forbes, principalement en revenus publicitaires, très loin devant les jeux Olympiques.

Et c'est aussi l'événement qui génère le plus de tweets: 24,1 millions l'an dernier pour le seul mot-clé #SB47 selon Twitter, loin devant les Oscars.

"Que vous aimiez le football américain ou pas, vous regardez le Super Bowl", explique à l'AFP Steve Keane, un employé de la mairie de New York. "C'est quelque chose de très américain".

Les hommes sont un peu plus nombreux (53%) que les femmes (47%) à y succomber, autour d'un menu quasi obligatoire d'ailes de poulet, bière et nachos.

Bruno Mars à la mi-temps

Le prix des tickets a baissé ces derniers jours, en raison du froid exceptionnel sur New York. La moins chère des 80.000 places du MetLife Stadium, à East Rutherford dans le New Jersey (est), à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Manhattan, se vendait néanmoins vendredi 1.400 dollars sur le site de la NFL. La plus chère, en milieu de terrain, était bradée à 11.934 dollars. Les supporteurs venant en voiture devront aussi débourser 150 dollars pour le parking.

Qui va gagner? Quelle sera la meilleure publicité télévisée? Qui va marquer, dire quoi et quand? Depuis des semaines les paris, sur les sujets même les plus absurdes, vont bon train, générant là encore des dizaines de millions de dollars de revenus.

Scarlett Johansson, David Beckham ou Arnold Schwarzenegger sont parmi les célébrités recrutées pour les publicités télévisées. L'actrice a même créé la polémique, recrutée par SodaStream, société israélienne dont la principale usine est installée en territoire palestinien occupé.

Les fans n'ont pas encore voté, mais certains experts ont déjà tranché sur la cuvée 2014: "Moyen et OK", a ainsi asséné Lee Garfinkel, PDG de Draftfcb New York, figure connue du monde de la publicité.

Le spectacle de la mi-temps, 12 minutes électriques qui peuvent faire et défaire des carrières, est cette année celui de Bruno Mars, 28 ans, auteur et interprète des tubes "Locked Out Of Heaven" ou "Grenade", qui a remporté il y a quelques jours le Grammy du meilleur album vocal pop de l'année pour "Unorthodox Jukebox".

Il a sollicité pour l'occasion les Red Hot Chili Peppers. "Je n'ai pas peur", a déclaré Bruno Mars jeudi devant la presse, promettant de "tout donner".

Pour les paris, l'un des plus populaires ces derniers jours portait sur la couleur de la boisson qui sera jetée sur la tête de l'entraîneur de l'équipe gagnante. Sur le site Sports.Bovada.lv, on peut aussi parier sur la couleur des gants que portera la soprano Renée Fleming quand elle chantera l'hymne national.

Cette année, même l'Empire State building est de la fête. Chaque soir, son éclairage évolue au rythme des tweets des fans, répondant sur Twitter à une question avec le mot-clé #WhosGonnaWin (qui va gagner). Dimanche, il sera relié en direct à la finale. Bleu-blanc-rouge durant l'hymne américain, il affichera le résultat en temps réel et après la victoire, se parera des couleurs du gagnant jusqu'au 3 février.

bd/sam

PLUS:hp