NOUVELLES
31/01/2014 07:07 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Elliot Lake : un ingénieur accusé de négligence criminelle

La police provinciale de l'Ontario (PPO) a porté des accusations en lien avec l'effondrement mortel d'une partie du toit du centre commercial Algo survenu en juin 2012.

La PPO indique qu'un ingénieur qui a inspecté le centre commercial, Robert Wood, 64 ans et originaire de Sault Sainte Marie, fait face à deux chefs d'accusation de négligence criminelle ayant causé la mort et d'un chef d'accusation de négligence criminelle ayant causé un préjudice corporel.

L'effondrement partiel du toit du centre, qui servait aussi de terrain de stationnement, avait fait deux morts.

Jusqu'à maintenant, le ministère du Travail n'a déposé que des accusations non criminelles, selon la Loi sur la santé et la sécurité au travail, contre l'ingénieur. Ce dernier avait assuré dans un rapport d'inspection, un mois avant l'écroulement, que le centre commercial était sécuritaire.

Une enquête publique s'est penchée l'an dernier sur l'effondrement qui a coûté la vie à Doloris Perizzolo, 74 ans, et à Lucie Aylwin, 37 ans. Le commissaire Paul Bélanger doit présenter son rapport d'ici le 31 octobre prochain.

Durant les audiences, qui ont duré 117 jours, plus de 125 témoins ont défilé à la barre. Ils ont fait état, notamment, de problèmes chroniques d'infiltration d'eau au Centre Algo, à tel point que le centre commercial avait été surnommé « les chutes Algo ».

Une poutre complètement rouillée du toit a finalement cédé en juin 2012, ce qui a entraîné l'effondrement partiel de l'édifice.

La PPO indique que son enquête se poursuit et précise que Robert Wood doit comparaître en cour le 25 mars.

PLUS:rc