POLITIQUE
31/01/2014 06:36 EST | Actualisé 31/01/2014 06:38 EST

Les conservateurs répondent «aux milliardaires» anti-Keystone XL (VIDÉO)

Getty Images
The Suncor Energy Inc. base plant is seen in this aerial photograph of the Athabasca Oil Sands near Fort McMurray, Alberta, Canada, on Tuesday, March 26, 2013. Canadian light oil prices retreated from a six-month high on the spot market reached last week as production slipped and refineries prepared for maintenance. Photographer: Brett Gundlock/Bloomberg via Getty Images

Le Parti conservateur du Canada a publié une vidéo d'appui au projet d'oléoduc Keystone XL, au moment même où le ministre des Ressources naturelles se réjouissait des conclusions d'un rapport gouvernemental américain.

À LIRE AUSSI

Le rejet de Keystone XL ne freinerait pas la production des sables bitumineux

La vidéo d'une minute en anglais s'en prend « aux milliardaires américains [qui] utilisent leurs fortunes pour attaquer notre industrie pétrolière ». Elle clame que la « distorsion des faits et les campagnes de peur doivent s'arrêter ».

Le texte se poursuit sous la vidéo.

Sans le mentionner, la vidéo fait une allusion à peine voilée à Tom Steyer, un Américain qui a fait fortune en investissant dans l'industrie pétrolière, qui a délaissé cette carrière pour devenir militant politique et qui contribue à la caisse du Parti démocrate des États-Unis.

« Ces milliardaires omettent le fait que les entreprises américaines sont des joueuses importantes dans l'industrie des sables bitumineux canadiens. Ils ne veulent pas parler des dizaines de milliers d'emplois que Keystone XL créera pour les Américains et les Canadiens », lance une voix hors champ.

« Évidemment, quand on est un milliardaire opulent, on peut se permettre d'éliminer des emplois. »

— Vidéo « Support Keystone XL »

La sortie de la vidéo coïncidait avec la réaction du ministre conservateur Joe Oliver au rapport d'analyse environnementale dévoilé par le département d'État américain. Le rapport conclut notamment que Keystone XL pourrait produire entre 1,3 % et 27 % de plus de gaz à effet de serre. Il estime aussi que son rejet n'influerait probablement pas sur la production dans les sables bitumineux ni sur les augmentations de gaz à effet de serre.

Joe Oliver a souligné que quatre autres rapports fédéraux précédents avaient aussi conclu que Keystone aurait peu d'impacts environnementaux importants. Il s'attend à une décision finale favorable de la part du président américain Barack Obama.

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines