NOUVELLES
31/01/2014 01:12 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Échanges de tirs entre l'armée libanaise et des "hommes armés syriens" (sécurité)

Des échanges de tirs ont opposé vendredi l'armée libanaise à des hommes armés syriens dans une zone frontalière avec la Syrie, selon une source au sein des services de sécurité libanais, après deux autres incidents dans ce secteur.

La fusillade n'a pas fait de victimes, mais survient dans un climat de tension après la mort d'un Syrien dans un bombardement sur le Liban à partir de Syrie, et une attaque rebelle à partir du Liban contre des forces du régime de Bachar al-Assad de l'autre côté de la frontière.

"Les militaires libanais ont échangé des tirs avec des hommes armés près d'une position militaire à proximité de la localité de Wadi Khaled", a indiqué la source de sécurité.

Elle a ajouté que les auteurs des tirs vers les soldats libanais semblaient être des Syriens, qui ont pris la fuite après l'incident.

Vendredi matin, 14 obus ont été tirés à partir de Syrie sur le Akkar, une région frontalière libanaise, tuant un Syrien et blessant trois Libanais.

Pour sa part, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que des rebelles avaient mené une attaque à partir du territoire libanais contre deux villages près de la ville syrienne de Tal Kalakh.

Selon l'Observatoire cinq soldats, garde-frontière et miliciens pro-régime sont morts dans l'attaque.

Le conflit syrien déborde régulièrement sur le territoire libanais, notamment en raison de la frontière poreuse entre les deux pays. Plus de 900.000 réfugiés syriens sont installés au Liban, selon l'ONU.

Par ailleurs, dans le nord de la Syrie, trois raids aériens contre la ville d'Alep, dont un avec des barils d'explosif, ont causé la mort de 16 personnes, selon l'OSDH. De tels barils ont aussi été lancés sur Hama, la province de Damas et la région d'Idleb ( nord-ouest).

Au coeur de Damas, un enfant et cinq adultes ont été blessés par un mortier tombé près de la mosquée des Omeyyades. Au sud, les rebelles se sont emparés du village de Swisa, dans la province de Quneitra, à quelques kilomètres de la ligne de cessez-le feu avec le Golan occupé par Israël.

sah/sk/cbo

PLUS:hp