NOUVELLES
30/01/2014 08:00 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

Un nouveau directeur à la tête de la NSA

Wikimedia

WASHINGTON - Le président des États-Unis a choisi un amiral de la marine pour diriger l'Agence de sécurité nationale (NSA), empêtrée dans une controverse sur ses programmes de surveillance et sa collecte massive de données téléphoniques et numériques.

Le vice-amiral Mike Rogers, chef du Cyber-commandement de la marine et ancien directeur du renseignement pour le Comité des chefs d'états-majors interarmées, a été choisi pour diriger la NSA, a annoncé jeudi le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel. Il a aussi été désigné pour diriger le Cyber-commandement des États-Unis.

M. Rogers, qui remplacera le général Keith Alexander, aura pour défi de réformer la façon dont l'agence collecte et conserve ses données. M. Alexander doit partir à la retraite en mars.

La NSA a été ébranlée par les révélations de l'ancien analyste Edward Snowden, qui a mis en lumière les vastes programmes de surveillance visant les données téléphoniques de millions de personnes aux États-Unis.

M. Rogers était depuis longtemps considéré comme le successeur désigné de M. Alexander. Dans un communiqué publié jeudi, M. Hagel affirme être persuadé que M. Rogers «a la sagesse nécessaire pour trouver l'équilibre entre les exigences de sécurité, de respect de la vie privée et de liberté de notre ère numérique».

«C'est une période critique pour la NSA, et le vice-amiral Rogers apportera des qualifications extraordinaires et uniques à ce poste, alors que l'agence poursuit sa mission vitale et implante les réformes du président Obama», a poursuivi M. Hagel.

La nomination de M. Rogers au Cyber-commandement requiert l'approbation du Sénat. Sa nomination à la NSA ne l'exige pas, mais elle pourrait être réclamée par les membres du Congrès.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM