cavanna jeremie

François Cavanna, mort mercredi soir à l'âge de 90 ans, a inventé dans les années 1960-70 l'humour "bête et méchant" avec les journaux Hara Kiri et Charlie Hebdo, avant de s'imposer comme un écrivain populaire.

Le nom de Cavanna, son air bougon et ses moustaches blanches de vieux gaulois, sont irrémédiablement liés à Hara Kiri, le mensuel qu'il crée en 1960 avec Georges Bernier, le futur professeur Choron. Un magazine d'humour "coup de poing dans la gueule", sans aucun tabou. Entouré de quelques-uns des meilleurs dessinateurs de l'époque - Reiser, Cabu, Wolinski... -, il déboulonne ses cibles favorites, comme l'armée, les beaufs, les chasseurs ou les religions.

Un parcours émaillé de multiples procès de presse, qui entraîneront la disparition de l'hebdo Hara Kiri en 1970... et son remplacement immédiat par Charlie Hebdo. Après dix ans d'interruption faute de lecteurs, il reprendra ses chroniques au début des années 1990 dans la nouvelle version du journal.

Retrouvez les Unes marquantes, dérangeantes et/ou désopilantes de l'ère Cavanna

Loading Slideshow...
  • 1960: Hara Kiri se lance en mensuel

  • L'après mai-68 vu par Hara Kiri

  • 1969: numéro un de Hara Kiri Hebdo

  • Reiser digère mai 68

  • 1969, Hara Kiri brise un premier tabou

    L'hebdomadaire est l'un des rares à oser aborder les rumeurs concernant l('épouse de Georges Pompidou.

  • La Une qui a tué Hara Kiri

    A la mort du général de Gaulle, Hara Kiri brise un tabou terrible. Le journal sera fermé dans la foulée.

  • 1970: après l'interdiction, Charlie Hebdo est lancé

  • Octobre 1977, Hara Kiri ose encore tout

    Le magazine est relancé en format mensuel.

  • 1981: l'aventure (éphémère) Charlie Matin

    L'équipe soutient Coluche qui vient de renoncer à la présidentielle.

  • Charlie Matin, c'est déjà fini

  • Quand Charlie Hebdo fait la pub de Cavanna


Egalement sur Le HuffPost: