NOUVELLES
30/01/2014 12:19 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

L'industrie forestière ontarienne pourrait rebondir en 2014

L'Association de l'industrie forestière de l'Ontario prédit un important rebond du secteur, mais demande l'aide de la province pour rendre cela possible.

Le regroupement croit que trois facteurs pourraient faire de 2014 une très bonne année pour l'industrie forestière : une reprise du marché immobilier américain, un meilleur ancrage dans l'industrie de la construction globale et un engagement de la province de changer le code du bâtiment pour permettre que des édifices plus hauts puissent être construits en bois.

La porte-parole de l'association, Christine Leduc, affirme que le groupe travaille avec le gouvernement sur cette question.

Un projet de loi d'un député, qui ferait passer la hauteur maximum des édifices en bois de quatre à six étages, a été présenté en février 2013 à Queen's Park. Le projet de loi est en train d'être étudié en comité.

Une porte-parole du ministère des Affaires municipales et du Logement, May Nazar, affirme que de « chercher des solutions souples pour les normes du bâtiment fait partie du plan de créer des emplois et de renforcer l'économie de l'Ontario. Nous croyons que là où les mesures de sécurité appropriées sont en place, des édifices de hauteur moyenne en bois peuvent être sécuritaires ».

Elle ajoute que le gouvernement est en train d'étudier des informations tirées d'une consultation réalisée auprès des parties prenantes sur cette question en octobre 2013.

L'Association de l'industrie forestière de l'Ontario estime qu'au moins quatre développements récents dans le nord-ouest de la province sont des signes de la reprise. Il y a la nouvelle scierie Resolute et la nouvelle usine de granulés de bois Rentech à Atikokan et la réouverture de la scierie de Ear Falls et la revitalisation de l'usine de pâte à papier de Terrace Bay.

PLUS:rc