NOUVELLES
30/01/2014 02:42 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

La peine de mort réclamée pour le suspect de l'attentat du marathon de Boston

BOSTON - Les procureurs fédéraux américains réclameront la peine de mort contre Dzhokhar Tsarnaev, en lien avec l'attentat du marathon de Boston.

La décision finale a été prise par le procureur général des États-Unis, Eric Holder, et annoncée jeudi.

La décision était attendue, étant donné que dix-sept des 30 accusations portées contre Tsarnaev sont passibles de la peine de mort, dont celle d'avoir utilisé une arme de destruction massive pour causer la mort.

L'homme de 20 ans a plaidé non coupable. La date de son procès n'a pas encore été établie.

Trois personnes ont été tuées et plus de 260 autres blessées en avril dernier, dans le cadre du pire attentat terroriste perpétré en sol américain depuis les attaques du 11 septembre 2001.

Les procureurs prétendent que Dzhokhar Tsarnaev et son frère Tamerlan, deux Tchétchènes originaires de Russie qui habitaient la région de Boston depuis une dizaine d'années, ont caché deux bombes près du fil d'arrivée de la course. Il aurait s'agit, selon les procureurs, d'une riposte contre les États-Unis pour leurs interventions militaires dans des pays musulmans.

Tamerlan Tsarnaev a perdu la vie lors d'une fusillade avec la police.

Dzhokhar Tsarnaev a été blessé, mais a pris la fuite à pied. Il a finalement été trouvé caché dans un bateau garé dans une cour en banlieue de Boston. Les autorités ont soutenu qu'il avait écrit sur les motifs de l'attaque à l'intérieur du bateau.

Il aurait notamment écrit que «le gouvernement américain tue des civils innocents», et que de tels gestes «ne peuvent rester impunis», selon ce qui est allégué.

Ces explosions avaient ébranlé tout le pays durant l'un des événements les plus marquants à Boston, alors que les marathoniens franchissaient la ligne d'arrivée sous la clameur d'amis, parents et spectateurs.

Dans un avis d'intention déposé en cour, les procureurs fédéraux à Boston ont énuméré des facteurs qui justifient selon eux la peine de mort, dont sa «trahison» des États-Unis, où il demeurait depuis son départ de Russie il y a environ dix ans.

«Dzhokhar Tsarnaev a obtenu refuge aux États-Unis, a obtenu la citoyenneté et profité des libertés d'un citoyen américain, avant de trahir son appartenance aux États-Unis en tuant et en estropiant des gens au pays», peut-on lire sur l'avis déposé par la procureure Carmen Ortiz.

Les procureurs ont aussi cité l'absence de remords de l'accusé et les allégations selon lesquelles il a tué un garde de sécurité du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de même qu'un garçon de huit ans, une victime «particulièrement vulnérable» en raison de son âge.

Dzhokhar Tsarnaev est ainsi aussi accusé d'avoir tué un policier et détourné le véhicule d'un automobiliste durant la tentative de fuite de son frère.

Ils ont aussi fait valoir que Dzhokhar Tsarnaev avait soigneusement «planifié et prémédité» l'attaque.

Ses avocats n'ont pas commenté dans l'immédiat.

L'affaire Tsarnaev a attiré une équipe de défense de premier plan, incluant Judy Clarke, l'une des principales spécialistes des causes passibles de peine de mort. L'avocate de San Diego a notamment conclu une entente ayant épargné la vie d'Eric Rudolph, relativement à l'attentat du parc du Centenaire à Atlanta pendant les Jeux olympiques de 1996.

Selon des experts juridiques, les documents de cour semblent indiquer que la défense tentera de faire valoir que Dzhokhar Tsarnaev a succombé à l'influence malsaine de son frère plus âgé.

Depuis que la peine capitale a été réinstaurée aux États-Unis en 1988, 70 condamnations à mort ont été imposées, mais seulement trois personnes ont été exécutées, incluant le responsable de l'attentat d'Oklahoma City en 2001, Timothy McVeigh.

PLUS:pc