NOUVELLES
30/01/2014 04:54 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

Un détenu exécuté au Missouri quelques minutes avant une décision en appel

David Hills via Getty Images

ST. LOUIS, États-Unis - Le refus de surseoir à l'exécution d'un condamné a été prononcé par la Cour suprême des États-Unis alors que le détenu était déjà mort. Ses avocats ont soutenu qu'il s'agissait d'un troisième cas consécutif d'un détenu au Missouri exécuté alors qu'un appel était en cours.

Tard mercredi, les avocats de Herbert Smulls tentaient un dernier appel en Cour suprême. Le tribunal avait déjà déterminé quelques heures auparavant que l'exécution pouvait être effectuée.

L'avocat de Smulls, Me Joseph Luby, a indiqué que la suspension avait été rejetée à 22 h 24, quatre minutes après que son client eut été confirmé mort.

Le procureur général du Missouri Chris Koster a affirmé par communiqué que la Cour suprême avait déterminé qu'un litige en suspens ne justifiait pas l'abandon d'une exécution. Il a soutenu que l'État avait demandé directement au haut tribunal si l'exécution devait être suspendue, et que la réponse avait été négative.

Smulls, 56 ans, avait été condamné à mort pour avoir tué un joaillier et blessé gravement sa conjointe au cours d'un vol en 1991 en banlieue de St. Louis.