NOUVELLES
30/01/2014 05:04 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Dans l'attente du verdict du nouveau procès en appel d'Amanda Knox

Nouveau suspense pour Amanda Knox, accusée d'avoir tué en 2007 sa colocataire britannique Meredith Kercher: la cour d'Appel de Florence doit prononcer jeudi son verdict, en l'absence de la jeune Américaine qui clame son innocence et craint d'être "condamnée à tort".

Après une courte séance dans la matinée, la Cour s'est retirée pour délibérer. Le verdict n'est pas attendu avant 17H00 (16H00 gmt), a indiqué le président, Alessandro Nencini.

Le 26 novembre, le procureur Alessandro Crini avait requis 30 ans de réclusion contre la jeune femme, affirmant qu'elle avait été à l'origine de la blessure la plus profonde infligée à la victime, "immobilisée comme si elle avait été un animal".

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2007, Meredith Kercher, 21 ans, avait été retrouvée, à demi-nue et dans une mare de sang, le corps portant les traces de 47 coups de couteau, dans l'appartement qu'elle partageait avec Amanda Knox à Pérouse, ville universitaire du centre de l'Italie.

L'autopsie avait démontré que la jeune femme, étudiante à l'université de Leeds (nord), avait également été violée.

L'Américaine et son ex-petit ami italien, Raffaele Sollecito, rejugé en appel lui aussi et contre qui 26 ans de de réclusion ont été requis, ont déjà passé quatre ans derrière les barreaux, après avoir été condamnés en première instance, en 2009, à 26 et 25 ans de réclusion, lors d'un procès hautement médiatisé, notamment aux Etats-Unis.

Ils avaient ensuite été acquittés lors d'un premier procès en appel en octobre 2011, mais ce jugement a ensuite été annulé par la Cour de Cassation qui y avait relevé "de multiples contradictions et des incohérences manifestes".

De nouvelles expertises ont été demandées lors de ce procès en appel "bis", notamment sur l'arme du crime présumée, un couteau de cuisine retrouvé chez Sollecito, qui comporte autant de traces de Knox (sur le manche) que de Meredith (sur la lame), mais qui se sont avérées non concluantes.

Le frère et la soeur de la jeune Britannique étaient attendus jeudi pour entendre le verdict, l'avocat de la famille Kercher, Me Francesco Maresa, ayant affirmé que tous deux "avaient encore confiance dans le système judiciaire italien".

Après avoir été libérée, Amanda Knox était immédiatement retournée dans sa ville natale, d'où elle a suivi "avec attention" ce nouveau procès selon ses avocats, mais a refusé de venir en Italie.

En cas de condamnation, il est peu probable que la jeune femme blonde de 26 ans, soit extradée des Etats-Unis, même si pour elle cela signifierait entamer "une vie de fugitive", une perspective qui lui fait "peur".

Dans un courriel adressé aux membres de la Cour de Florence, la jeune femme avait justifié son absence par la "peur que la véhémence de mes accusateurs vous laisse une mauvaise impression de moi, que ce qu'ils pourront dire vous aveugle".

"Je ne suis pas un monstre", avait-elle écrit, rappelant que la victime était "une amie".

Son co-accusé, Raffaele Sollecito, 29 ans, s'est en revanche présenté jeudi matin au tribunal et est attendu pour la lecture du verdict.

"J'ai été décrit comme un tueur sans pitié mais je suis loin de tout ça", avait-il déclaré lors d'une des audiences, la voix tremblante d'émotion, jugeant "absurdes" les accusations contre lui.

Expliquant aux huit jurés qu'Amanda avait été "son premier vrai amour", il avait raconté le "petit conte de fées" vécu avec la jeune Américaine "insouciante".

ide-lrb/mle/abk

PLUS:hp