NOUVELLES
29/01/2014 10:30 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Wall Street ouvre en baisse, fébrile avant une décision de la Fed

Wall Street a débuté la séance dans le rouge mercredi, alors que les investisseurs, refroidis par les résultats de grands noms de la cote, tournaient leur attention vers la Banque centrale américaine: le Dow Jones lâchait 0,76%, le Nasdaq 0,59%.

Vers 14H55 GMT, le Dow Jones reculait de 121,41 points à 15.807,15 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 24,25 points à 4.073,71 points.

L'indice élargi S&P 500 cédait 0,62% (-11,15 points) à 1.781,35 points.

La Bourse de New York était parvenue à rebondir mardi, aidée par des rapports trimestriels d'entreprises et des indicateurs globalement de bonne tenue: le Dow Jones avait pris 0,57% à 15.928,56 points, mettant ainsi fin à une série de cinq séances consécutives à la baisse, et le Nasdaq 0,35% à 4.097,96 points.

"Le coup de fouet apporté par la détermination de plusieurs banques centrales de pays émergents à stabiliser le marché de leur devise", qui a permis aux Bourses asiatiques de clôturer en hausse et aux Bourses européennes de démarrer la séance dans le vert, "s'est dissipé", remarquaient les analystes de Charles Schwab.

A l'ouverture de la place new-yorkaise, c'est la Banque centrale américaine (Fed) qui retenait surtout l'attention des investisseurs.

Le Comité de politique monétaire de l'institution diffusera à 19H00 GMT un communiqué marquant la fin d'une réunion de deux jours, la dernière présidée par Ben Bernanke avant le passage de témoin à Janet Yellen.

La plupart des analystes s'attendent à ce que la Fed reste sur la voie engagée en décembre et annonce une nouvelle réduction de 10 milliards de dollars de ses rachats d'actifs.

"Si c'est le cas, cela n'aura pas forcément de répercussions négatives immédiates sur les pays émergents, mais cela rappellera que ces pays émergents vont devoir gérer pendant encore un certain temps le fait que la politique monétaire américaine évolue", soulignait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Depuis l'été dernier, les investisseurs se désengagent en effet massivement des monnaies émergentes, vers lesquelles ils s'étaient tournés pour absorber une partie des excès de liquidités injectées par la Fed pour soutenir l'économie des Etats-Unis.

Les résultats d'entreprises dévoilés mardi soir et mercredi matin n'étaient pas de nature à apaiser les inquiétudes des investisseurs, qu'il s'agisse des prévisions décevantes du constructeur aéronautique Boeing et de l'opérateur télécoms AT&T, ou de l'échec de Marissa Mayer à relancer la croissance et les recettes publicitaires de Yahoo!.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,713% contre 2,746% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,655% contre 3,672% la veille.

jum/sl/sam

PLUS:hp