NOUVELLES
29/01/2014 07:22 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

USA: obstacle au Sénat pour accélérer les négociations commerciales

Le chef de la majorité du Sénat des Etats-Unis, Harry Reid, a annoncé mercredi qu'il s'opposait à une procédure dite "accélérée" pour les négociations commerciales, réclamée par la Maison Blanche pour faciliter la conclusion d'accords titanesques avec l'Asie et l'Europe.

"Je suis contre la procédure accélérée", a déclaré Harry Reid à des journalistes, quelques heures après que Barack Obama a réclamé cette autorité dans son discours sur l'état de l'Union.

L'élu démocrate, maître de l'ordre du jour du Sénat, n'a pas indiqué s'il empêcherait la proposition d'être soumise au vote au Sénat, mais il a précisé: "tout le monde ferait mieux de ne pas essayer de pousser cela maintenant".

Des parlementaires avaient déposé au début de l'année une proposition de loi qui permettrait à l'administration de Barack Obama de négocier en détail des accords commerciaux, avant de demander au Congrès de les avaliser lors d'un vote unique, sans rien pouvoir amender.

Selon ses promoteurs, cette disposition, qui était en vigueur jusqu'en 2007, donnerait un coup d'accélérateur aux deux grands accords de libre-échange que les Etats-Unis négocient actuellement en parallèle, avec 12 pays de la région Pacifique et avec l'Union européenne.

"C'est crucial pour obtenir des succès commerciaux. C'est crucial pour doper les exportations américaines et créer des emplois", expliquait plus tôt en janvier le sénateur démocrate Max Baucus, l'un des auteurs de la proposition de loi.

Mais la procédure accélérée, créée en 1974 par l'administration Nixon, ne fait pas l'unanimité au Congrès.

Des dizaines de parlementaires démocrates, plutôt protectionnistes, ont signé une lettre s'opposant à cette disposition, car elle prive les élus de la possibilité d'amender un éventuel accord pour y ajouter des protections sociales ou environnementales.

"Il y a beaucoup d'inquiétudes liées au fait que le contenu est très secret, personne n'a vu le texte", a expliqué mercredi le sénateur démocrate Jeff Merkley, marqué à gauche.

Lancées en juillet 2013, les négociations commerciales entre les Etats-Unis et l'UE visent à créer l'une des plus grandes zones de libre-échange au monde.

mlm/ico/are

PLUS:hp