BIEN-ÊTRE

Près de la moitié des Québécois ne seraient pas conscients des risques de maladies cardiaques

29/01/2014 09:59 EST | Actualisé 29/01/2014 09:59 EST
Jeffrey Hamilton via Getty Images

Selon de récentes statistiques, les maladies cardiaques seraient la deuxième cause de décès au Québec, après le cancer. Les résultats de l'indice sur la santé CANHEART, publiés en décembre 2013, révèlent par ailleurs que 9 Canadiens sur 10, parmi les plus de 20 ans, présentent au moins un facteur de risque. Et presque la moitié de la population en présenterait trois.

Pourtant, alors que débute le mois du cœur, un nouveau sondage Léger Recherche pour les laboratoires Jamieson révèle que près de la moitié des Québécois âgés de 25 à 44 ans se considèrent à faible risque (à peine 12% pensent qu'ils auront besoin de se faire traiter pour une maladie cardiaque).

Sur l'ensemble du territoire canadien, les Québécois seraient les moins soucieux de leur santé cardiaque. 35% d'entre eux s'en préoccuperaient, contre 45% sur le reste du pays.

« Cette donnée révèle un énorme décalage entre la perception du public et la réalité de la maladie cardiaque, observe Hélène Charlebois. De nouvelles données montrent que nous sommes au bord d’une épidémie et que les gens dans la vingtaine ont intérêt à se soucier dès maintenant de leur santé cardiaque. »

En outre, une étude a été menée pour mesurer le taux d'acides gras oméga-3 AEP et ADH des participants. « Au début de l’étude, près de la moitié des participants avaient des taux d’AEP et ADH inférieurs à 3,5 sur 12, ce qui correspond à un risque élevé de mort subite d’origine cardiaque », indique John Doherty, vice-président aux Affaires scientifiques et techniques chez Jamieson.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 manières de déstresser en douceur