NOUVELLES
29/01/2014 08:29 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

L'UPAC réalise une perquisition dans les bureaux du Groupe Roche à Québec

QUÉBEC - La firme d'ingénierie Roche, à Québec, a de nouveau été la cible de l'UPAC, mercredi.

L'Unité permanente anticorruption est en effet débarquée tôt en matinée dans les bureaux de l'entreprise de la Vieille Capitale afin d'y mener une perquisition.

Selon une porte-parole de l'UPAC, Anne-Frédérick Laurence, une cinquantaine de policiers du service d'enquête ont participé à l'opération.

Leur objectif était d’obtenir des éléments de preuve et de rencontrer des membres du personnel. Aucune arrestation n'était toutefois prévue.

Dans les heures suivantes, le Groupe Roche a diffusé un bref communiqué disant offrir «sa pleine et entière collaboration à l'UPAC dans le cadre de l'opération à ses bureaux de Québec».

L'entreprise ajoutait cependant qu'elle ignorait toujours les motifs ayant conduit à l'intervention et affirmait que l'éthique, l'intégrité et le professionnalisme constituent des valeurs fondamentales au sein de l'organisation, promettant de faire preuve de toute la transparence nécessaire.

En février 2011, la vice-présidente du Groupe Roche à Québec, France Michaud, et un autre employé, l'ingénieur Gaétan Morin, avaient été appréhendés par l'UPAC en même temps que l'ex-mairesse de Boisbriand, Sylvie St-Jean, et l'entrepreneur Lino Zambito.

Toutes ces personnes ont été accusées, notamment en lien avec des dossiers de corruption et de collusion.

PLUS:pc