NOUVELLES
29/01/2014 02:22 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Le budget Coderre, dans la continuité de l'ère Tremblay, estime Projet Montréal

« À courte vue », « dans la continuité de l'ère Tremblay-Applebaum » : l'opposition à l'Hôtel de Ville de Montréal n'est pas impressionnée par le premier budget de l'administration Coderre-Desrochers, présenté mercredi.

En point de presse, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a dénoncé surtout l'explosion des salaires des employés de la Ville. Il a estimé leur augmentation à 36 % depuis janvier 2009, alors que l'inflation a été de 8,4 % pour la même période.

Dans le cas des policiers du SPVM, l'augmentation est chiffrée à 57,4 % par Projet Montréal, tandis qu'elle est évaluée à 31,5 % pour les cadres et contremaîtres. M. Bergeron estime que la Ville a perdu le contrôle de la portion de son budget consacrée aux salaires, qui s'élève maintenant à 51 %.

Alors que le maire Denis Coderre annonce une réduction de 5 % de la masse salariale, par un gel d'embauches et des départs à la retraite, le conseiller de Ville Guillaume Lavoie affirme que les coûts des salaires ont augmenté de 2,3 %.

M. Lavoie soutient que la Ville doit aussi craindre l'effet de la « bombe à retardement » que représente l'augmentation anticipée des paiements sur la dette.

Selon M. Lavoie, la révision des contrats par l'Autorité des marchés financiers a eu pour conséquence l'arrêt des emprunts pour des projets d'infrastructure. La Ville devra donc rattraper ce retard dans les investissements, mais les taux d'emprunt seront plus élevés.

Tant Richard Bergeron que l'ex-candidate à la mairie Mélanie Joly déplorent la dépendance de la Ville-centre aux taxes foncières. M. Bergeron suggère comme pistes à explorer pour remédier à ce problème la taxe sur le stationnement, des péages ou les droits d'immatriculation.

Quant au maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Benoît Dorais, qui s'exprimait au nom de la Coalition Montréal, il a trouvé de bons et de mauvais côtés au budget. Au cours de la séance extraordinaire du conseil qui suivait le dépôt du budget, mercredi après-midi, M. Dorais a réclamé un meilleur financement pour les arrondissements. « On aura beau se réunir 14 fois, ça ne changera rien », a-t-il lancé.

PLUS:rc