NOUVELLES
29/01/2014 03:27 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Il n'y a pas longtemps, Pete Carroll et les Seahawks courtisaient Peyton Manning

JERSEY CITY, États-Unis - Il n'y a pas si longtemps, Pete Carroll et John Schneider se sont retrouvés dans un avion privé à Denver et se demandaient si Peyton Manning allait accepter de les rencontrer pour discuter de la possibilité qu'il se joigne aux Seahawks de Seattle, afin de déterminer si cette option était envisageable pour le joueur autonome hautement convoité.

C'était en mars 2012, avant que Manning n'opte pour les Broncos de Denver et que les Seahawks ne repêchent le quart Russell Wilson.

Carroll a décrit la tentative des Seahawks de convaincre Manning de «brève» mercredi.

«Nous avons tenté de nous impliquer dans le processus pour voir si on pouvait franchir une autre étape dans les négociations, mais ça n'a pas eu lieu», a dit Carroll.

Leurs chemins se croiseront de nouveau cette semaine, tandis que les Seahawks affronteront les Broncos dans le cadre du Super Bowl, dimanche, et il ne s'agit probablement pas d'une coïncidence.

Si on regarde le tableau d'ensemble, la décision de Manning de se joindre aux Broncos s'est avérée déterminante pour les deux concessions. Les Broncos sont devenus une puissance offensive, tandis que les Seahawks ont été en mesure d'ajouter les morceaux manquants pour faire d'eux l'élite de l'Association nationale.

Manning s'est rappelé à quel point il désirait que le processus menant au choix de sa nouvelle équipe demeure privé, après qu'il eut été libéré par les Colts d'Indianapolis.

«Je me souviens que ce n'était pas très privé. En fait, c'était presque un spectacle, a commenté Manning. J'aurais pu me passer de toute cette attention.»

Manning s'est éventuellement entendu avec les Broncos à la fin du mois de mars. Le processus incluait plusieurs équipes, et Manning a même réveillé Carroll avec un coup de téléphone matinal puisqu'il avait entendu que les Seahawks étaient intéressés.

À l'époque, les Seahawks étaient à la recherche d'un quart-arrière. Ils avaient utilisé le trio composé de Matt Hasselbeck, Charlie Whitehurst et Tarvaris Jackson sans connaître beaucoup de succès lors des deux premières saisons de Carroll à la barre des Seahawks. Ils avaient alors la possibilité d'acquérir les services de Manning.

Ils n'avaient toujours pas sélectionné Wilson au repêchage, il était donc normal qu'ils tentent de mettre le grappin sur Manning.

«Nous lui avons demandé ce que ça signifierait pour lui de se joindre à nous, et le processus a été enclenché, a déclaré Carroll. C'était au tout début et il a dit qu'il ne savait pas ce qu'il allait faire, quelle équipe il allait visiter ni ce qui surviendrait. Il voulait savoir quel était notre intérêt.»

Manning n'a finalement jamais rencontré Schneider et Carroll. Il a eu des discussions avec les 49ers, les Cardinals, les Dolphins et les Titans avant d'opter pour les Broncos.

Les Seahawks ont mis sous contrat le joueur autonome Matt Flynn deux jours avant que l'entente de Manning ne soit officialisée. Seattle a ensuite repêché Wilson au troisième tour un mois plus tard, en plus de conserver les services de Jackson pour créer une compétition interne entre les trois quarts. Wilson a finalement décroché le poste de partant lors du camp d'entraînement.

La manière dont l'équipe des Seahawks est bâtie n'aurait certainement pas été la même si Manning s'était joint à l'équipe. Plusieurs joueurs se sont entendus avec l'équipe, dont Cliff Avril et Michael Bennett, ce qui aurait été difficile à faire en raison du cap salarial et du salaire qu'aurait commandé Manning.

«Je crois que nous aurions continué à gérer comme nous le faisons habituellement, a expliqué Schneider la semaine dernière. Je sais que nous n'aurions pas été en mesure d'ajouter autant de joueurs à notre formation, mais nous aurions été compétitifs dans d'autres aspects du jeu pour compenser.»

PLUS:pc